Universidade

Free Speech is not for Feeling Safe

Remaking the University - Xov, 09/10/2014 - 20:50
by Wendy Brown, Political Science, UC Berkeley

3rd of 5 talks from The Operation of the Machine panel, UC Berkeley October 1, introduced by Prof. Colleen Lye

I want to make two brief points this afternoon, one about freedom and one about speech. 

If forced to compress into a few sentences the contours of student freedom and its limits in public universities 50 years ago and now, those sentences might go this way:

Then:  Because developing the next generation of Californians as educated individuals, citizens and contributing members of society was widely valued as a public good, the university offered a free, high quality education to qualifying (mostly white) middle class and working class students.  Faculty (also mostly white and male) had significant power over large domains of university policy-- they determined what was to be learned and how, what counted as an educated person worthy of a degree, and much more.  But the university administration not only prohibited student political expression, it codified a panoply of restrictions as it sought to be a zone clear of politics, unmarried sex, illegal substances and, implicitly, non-whites.  Thus “the gears of the machine”—from racial exclusion to speech restrictions—were tangible controls that cast students as rightless children being prepared for educated participation in society, economy and politics.

That was Then.  And Now?  UC doors are open to anyone with the wherewithal, parental pressure or supplemental support structures to deliver the test scores, grades, and profile to compete for admission (or who have singular athletic ability, or are well-off non-residents). No longer a public good or publicly supported, UC is construed as a place to invest in oneself as human capital, and according to a set of calculations about what will appreciate or diminish this capital.  Courses are increasingly on offer like Walmart goods, and respond heavily to consumer demand.  And faculty power has receded to a few small corners of the plantation—students feel it most in the form of access to classes and grades.  In the domain of student political, social and sexual expression, just about anything is permitted.  

However, the burden is on each of you to invest your time and effort strategically, not only to gain high return on your expensive investment but to develop the little speck of human capital that is you and that is yours alone to develop.  

This burden is so great and so impossible to put down for anything —an alluring music class or other exciting course outside your major, let alone a political cause, or dwelling for uncounted hours with an idea, a question, a compelling bit of text. Thus, if there are few repressive rules or overt restrictions on what you can do or say, the conversion of the university from a public good to a private investment made by you and your family radically changes the coordinates of unfreedom faced by students today.  How much can you afford to think, learn, want or do that does not comport with enhancing your future value to employers, grad or professional schools?  What freedom to speak, protest or organize against injustice can you exercise that would not be suicidal for the human capital you are enjoined to develop here, into which you have invested family life savings or taken on debt, and which has become the supervening if not sole purpose of a university education? 
Thus, today, the gears of the machine don’t clang and grind out there:  they are are soft, quiet, and deep inside us.  And throwing our bodies on them in resistance requires a complex contortion and commitment.

Ok, that was freedom.  Now speech, where I will also mark just one of many major differences between then and now, or between what we might call the repressive liberal era and the putatively emancipated neoliberal era.  This one pertains to the ways that the neoliberal assault on public things—a public sphere, public goods, public life--has led both university administrators and would-be activists into a certain confusion about free speech as a distinctly political right, one born from political struggle and secured historically for political life.  We have seen a bit of this confusion in recent months when “civility” or “respectful listening” have been mistakenly declared an inherent entailment of free speech or academic freedom. Certainly civility and respectful listening may be expected at a dinner table, a university classroom or a department meeting—it would be good if they prevailed more routinely.  But they have nothing to do with the exercise of free speech in public, where (barring threats, harassment, or dangerous incitements), anyone may say anything…and no one must listen or listen well. 

A far more treacherous instance of contemporary confusion about our political rights comes from the Supreme Court in recent years.  From Citizens United to Hobby Lobby, the Court majority has been busily granting political freedoms—of speech, of religious belief-- to corporations who may now use their enormous wealth and power to overwhelm the last standing icon of democracy, elections, and withhold medical insurance for Constitutionally guaranteed reproductive rights.

This confusion, from high places, of whom and what our political rights are for, and what they do and don’t entail, would take hours to analyze properly.  But I want to consider one especially troubling version of it on college campuses today, one that we can do something about.  This is the effort to regulate public speech to protect certain vulnerable groups from offense, hatred, being retraumatized.  

This protection racket begin, alas, a couple of decades ago with well-intentioned feminist and anti-racist efforts to outlaw hateful or offensive speech and images.  But this tool, which aimed to shield the historically hated or subordinated from being hit again in the present, has not remained in the hands of the Left.  Indeed, while it’s animating the contemporary “trigger warning” madness (a discussion for another day) it has also become one of the more potent instruments of illiberal American ultra-Zionism today.  It is what dignifies the fallacious argument that publicly criticizing Israel on campus creates an unsafe or offensive climate for Jewish students.  

So what begin as a concern with subordinating or hateful speech has been appropriated to silence protest against power.  Of course any political argument can be flipped—Californians know this best from the legislation that ended affirmative action, which, you’ll recall, was called The Civil Rights Initiative.  But there’s something more troubling here, which is the confusion of the public sphere with therapeutic spaces or homes.  The domain of free public speech is not one of emotional safety or reassurance, and what you might hear in Sproul Plaza or up at this podium might be disturbing, uncomfortable, enraging, even offensive.  

Public speech is one of the most powerful weapons ordinary human beings have, and even the most civilly uttered sentences can disturb or terrify.  Certainly the speeches of Sojourner Truth, Frederick Douglass, Martin Luther King Jr., or Malcolm X made neither white people nor many blacks feel safe.  Certainly the revolutionary slogan, “liberty, equality, fraternity” did not reassure either the French aristocracy or its minions in mid-18th century Paris.  Do you think Wall St Bankers felt safe when they walked past thousands of Occupy protestors decrying the obscene wealth, destruction of democracy, and carnage of public goods for which they were being held responsible?  Do you think closeted homosexuals felt safe when the Stonewall rebellion broke out? Do you think men who have pushed, drunk or drugged women into unwanted sex feel safe as women on campuses everywhere are finally speaking out against the commonplace of sexual assault?  Or that civil servants, police and other hired guns of regimes across the Middle East felt safe when citizens amassed in public squares to denounce them during the Arab spring?  Emotional safety is not what the public sphere and political speech promise.  It’s for cultivating at home if you are lucky enough to have one.  It is what you seek among friends and intimates where you expect your vulnerability to be taken into account. 

A university education, too, ought to call you to think, question, doubt.   It ought to incite you to question everything you assume, think you know or care about, not because those assumptions or cares will be jettisoned.  Rather, because, as those wild-eyed radicals Immanuel Kant and John Stuart Mill insisted, there is no possibility of knowing what’s right, justified, valuable or true unless you question deeply and relentlessly…unless you’re willing to consider whether your attachment to an idea or principle is really just a teddy bear you cling to, a comforting familiar.  The public sphere and a university classroom are not for hanging onto your teddy bears.  Your bears have their place, back in your room where you’re safe and restored.   But when we demand—from the Right OR the Left-- that universities be cleansed of what is disturbing, upsetting, enraging, “offensive” or triggering, we are complicit both with the neoliberal destruction of university as a place of being undone, transformed, awakened (rather than a place to get job training) AND with neoliberalism’s destruction of public spaces and the distinctive meaning of political rights, (rights that some in this room fought to bring onto campus 50 years ago).  

Let’s demand something far more important, which is to be provoked and challenged, every day and down to our very toes in what remains of this extraordinary institution.  Let’s have the courage to stand for that, and to be willing to withstand it.  
Categorías: Universidade

Revue de presse du jeudi 9 octobre 2014

Cahiers Pédagogiques - Xov, 09/10/2014 - 20:14

L'actualité éducative du jour est marquée par deux faits marquants :
la demi-journée banalisée pour réfléchir au devenir du socle, des programmes et de l'évaluation qui est parfois combattue et remise en cause
et le rapport de l'Inspection Générale après un an d'existence des ESPE (dont la revue de presse s'était déjà fait l'écho hier.)

Privés de concertation

« Les professeurs interdits d'école buissonière même pour la bonne cause » (La Matinale de Fance Inter) « Ecoles et collèges : le rectorat reporte la matinée banalisée de lundi » (Le Parisien). Plusieurs medias relatent la décision de la rectrice de Créteil qui a annoncé le report de la demi-journée de concertation pour les enseignants de Seine-et-Marne et du Val-de-Marne face au recours déposé devant le tribunal administratif par les associations de parents d'élèves. Le Parisien cite les services de la direction départementale de l'Education Nationale de Seine-et-Marne « La rectrice a préféré anticiper la décision de justice qui devait être rendue demain par le tribunal administratif de Melun pour prévenir les communes le plus tôt possible de l'annulation ». France Inter dans son journal de 7h30 nous précisait que cette demi-journée devrait avoir lieu un mercredi après-midi. Ce n'est pas ce que réclamait hier à l'Assemblée Nationale le député-maire UMP de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) Sylvain Berrios dans sa question à la ministre de l'Education nationale à l'Assemblée nationale. « Dans le Val-de-Marne, nous avons été un certain nombre de parlementaires à vous interpeller dans une lettre restée sans réponse demandant le report de cette demi-journée. L'ensemble des syndicats s'est prononcé contre cette demi-journée, les fédérations de parents d'élèves ont déposé une requête en référé (...). Madame la ministre, je vous demande de donner des instructions fermes au recteur afin que cette journée de consultation soit reportée à un mercredi ou un samedi matin. »
Si les associations de parents d'élèves sont dans leur rôle, on peut s'étonner, si l'on en croit ce député, que les syndicats s'opposent à une telle journée de consultation. On ne peut pas à la fois tantôt regretter l'absence de consultation et tantôt refuser d'y participer quand elle est mise en place.
D'autres, en Charente, ont raté aussi des cours mais eux avaient une excuse présidentielle comme nous le relate la Charente libre. « Une classe entière de lycée charentais a profité de la venue de François Hollande pour se faire dispenser de cours.
A l'arrivée du Président de la République à Ma Campagne, l'un d'entre eux qui est au lycée voisin de Charles A. Coulomb n'a pas hésité à interpeller l'homme d'Etat pour lui faire signer le mot d'absence de la classe. Il a bien sûr immortalisé l'instant en vidéo
». Esprit d'initiative : compétence validée.

Des enseignants qui n'apprennent toujours pas à assez à enseigner ?

« Enseigner est un métier qui s'apprend. Mais le défi de former de bons didacticiens et pédagogues est loin d'être relevé, si l'on en croit les inspections générales de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur ». Aurélie Collas pour LeMonde.fr s'appuie sur un rapport, publié hier, à l'issue de la première année d'existence des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE, ex-IUFM) pour parvenir à cette sévère affirmation.
« Au fil des pages du rapport se dessine le tableau de deux mondes – éducation nationale et université – qui se côtoient encore peu. « Un choc des cultures », écrit l'inspection, qu'il sera difficile de surmonter. D'un côté, l'éducation nationale n'apparaît pas encore totalement impliquée dans la formation de ses futurs professeurs. De l'autre, l'université peine à accepter une formation plus professionnalisante, qui met l'accent autant sur la transmission des savoirs que sur les savoirs eux-mêmes. »

Dans La Croix, Gilles Baillat, président de l'Université Reims Champagne-Ardenne et coorganisateur d'un colloque de la Conférence des présidents d'université qui se tenait aujourd'hui, consacré à la formation des enseignants est d'un avis contraire. Interrogé par Denis Peiron, il affirme à propos de ce choc des cultures que « les Espé, ...], placées au cœur de l'université, amenée à s'intéresser à la formation des enseignants au-delà des seuls aspects disciplinaires : de plus en plus, et c'est tant mieux, les facultés de lettres, d'économie, de sciences, etc. sont invitées à s'investir dans le champ de la didactique. » Très optimiste, il pense que les enseignants sont à son sens mieux formés qu'auparavant car « on s'est quelque peu rapproché du modèle de formation en vigueur dans un pays comme la Finlande, qui obtient de meilleurs résultats scolaires : la dimension « professionnalisation » n'intervient plus en toute fin de cursus mais est introduite en amont »
C'est heureux si l'on en croit Maryline Baumard dans un autre article du Monde.fr, car cette (r)évolution est indispensable. Elle arrive à cette conclusion après avoir confronté les débats français sur l'éducation à la vision de 645 experts mondiaux de l'éducation, qui ont réfléchi dans le cadre du WISE (le forum mondial sur l'innovation en éducation, organisé par la Qatar Foundation) sur ce que sera l'école en 2030.
« Pour 71 % d'entre eux, le professeur ne sera bientôt plus celui qui dispense la connaissance, mais un guide qui aide les élèves. Pour 83 %, les programmes auront sous peu laissé place à des contenus beaucoup plus individualisés. Pour 43 %, les apprentissages seront principalement fournis par les plates-formes en ligne. »

On pourrait banaliser quelques journées pour y réfléchir, non ?

Laurent Fillion

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseignant : un métier qui bouge
Revue n°514 - juin 2014
Tous les enseignants expérimentés le disent : ce n'est plus comme avant, le métier change. Allons voir de plus près ce qui évolue, comment le métier change, comment ces évolutions pourraient être accompagnées par l'institution, à toutes les échelles, en quoi elles vont dans le sens de l'essentiel : mieux faire apprendre les élèves.

Categorías: Educación, Universidade

La maga y el hechizado

Paquidermo - Xov, 09/10/2014 - 19:09

 

Emma Watson, que interpretó a Hermione Granger (la joven del trío de héroes en las películas de Harry Potter) fue nombrada este año por ONU Mujeres Embajadora de Buena Voluntad de Naciones Unidas. Desde su rango dio un discurso, en la Asamblea General de la institución, orientado a sensibilizar a los varones de la especie para sumarlos a las mujeres en su lucha feminista. Watson entiende el feminismo como… “la teoría política, económica y social de la igualdad de sexos”. Dio un nombre propio a su cruzada: HeForShe. Resolvió así el sentido de su propuesta: “Si dejamos de definir a cada uno de nosotros por lo que no somos y comenzamos a definirnos a nosotros mismos por lo que somos, todos podemos ser más libres y esto es de lo que HeForShe se trata. Se trata de la libertad” (69 Sesión de la Asamblea General de la ONU, septiembre 2014). No advirtió que ‘pasar de una definición de cada uno por lo que no es (otredad)’ a una definición de ‘lo que somos todos’ contiene un vínculo no solo con ‘la’ libertad, sino un tránsito desde el individualismo liberal (centrado en una igualdad abstracta) a un socialismo en el que los diversos se producen unos a otros como legítimos seres humanos mediados por vínculos económico-político-culturales. Pese a ello fue muy aplaudida.

El feminismo durante el siglo XX ha sido no un movimiento, sino un movimiento de movimientos, en opinión de Francesca Gargallo, mujer que plantea su lucha desde lo que valora otredad histórica y complejamente oprimida: mujer, indígena, campesina,  latinoamericana. Gargallo, obvio, no aísla individuos, si de feminismo se trata, sino se centra en relaciones de dominación. El feminismo de HeforShe, en cambio, es de corte liberal. Significa que los individuos existen antes que sus relaciones sociales. Se esfuman así las relaciones de dominación (patriarcado, machismo) y de rechazo/odio (ginefobia) que articulan hoy a mujeres y varones. Watson lleva razón en que esto no favorece a nadie. Ni a mujeres, en primer lugar, ni a machos, niñas/os, jóvenes y ancianas/os ni tampoco a la Naturaleza. Pero así ha venido la especie, de peor en peor. Y desde largo. Un pétreo cuento macho es el de Eva y Adán.

El feminismo con espíritu liberal resulta pobre porque desea una igualdad que no pasa por liquidar relaciones de dominación. Si se repara en esto, se advierte por qué en la alocución de Watson no aparece una denuncia de las familias que constituyen un espacio central para reproducir las sujeciones y dominaciones de sexo-género. Habla así de su familia: “Me considero privilegiada porque mis padres no me quisieron menos por haber nacido mujer”.  En realidad, mamá y papá pueden amar intensamente a sus hijas y sin conflicto comportarse tenazmente patriarcales. Las películas de Harry Potter no habrían tenido la misma taquilla si hubiesen sido encabezadas por Hermione Granger. “Hermione y la cámara secreta”, por ejemplo. La no discriminación entre diversos es asunto cultural, no sólo de legislación o voluntad personal.

Watson de paso taconeó espíritus de combatientes. Denunció que “… luchar por los derechos de las mujeres es para muchos sinónimo de odiar a los hombres”. Un estereotipo machista dice que el feminismo es cosa de lesbianas y andrófobas o androairadas. Por su parte, un sector del feminismo estima que la especie estaría mucho mejor sin los machos. Tiene sus razones y está en la lucha no desde Eva y Adán, pero hace ya rato. Si se pide solidaridad entre todos no se puede ir por el mundo pisoteando callos. Menos si se trata de pies de mujeres que luchan por su legítima escogencia de pareja.

Un día después de Watson, y en el mismo escenario, el Presidente de Costa Rica, Luis Guillermo Solís Rivera quiso debutar como estadista internacional señalando que “No nos es permitido el silencio…”. Buen lema. Pero su discurso antibélico no nombró a Estados Unidos, principal guerrero hoy, con Bush y Obama. Solís selecciona los callos que pisotea. Horas después EUA bombardeaba Irak y Siria violando otra vez el derecho internacional. Bombazos yendo, un funcionario de EUA declara que Solís era “un aliado valiente”. A Watson en cambio cierta prensa la calificó de “bruja” y “hechicera”. En realidad Hermione Granger en el Colegio Hogwarts estudió magia. Solís por su parte parece haber estudiado más para ser hechizado que para hechizar.

Don't know what subject to study at university? Don't panic!

Guardian Unlimited: Education - Xov, 09/10/2014 - 18:30

Dont worry if you dont know what to study, or what career you want to pursue, theres more than one route to a job

Trying to choose a uni course? Consult the Guardian University Guide

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Ch. Rosset, Suite lyrique - Barbier, Goblet et Pfeiffer, Carlé, Menu

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 18:13
Christian Rosset, Suite lyrique - Barbier, Goblet et Pfeiffer, Carlé, MenuArticle paru sur le site "du9.org", octobre 2014." Second quartet — dans un jardin d’automne, cette suite de chroniques se voudrait lyrique comme l’était le deuxième quatuor à cordes d’Alban Berg, auquel il serait ridicule de se mesurer, cette suite touchant là, formellement, à un degré d’intensité, tant musicale qu’amoureuse (les deux étant imbriqués au plus près), rarement atteint dans l’histoire. Jetez une (ou, de préférence, deux) oreille(s) sur cette œuvre achevée en l’automne 1926, comme un (ou, de préférence, deux) œil (yeux) sur les quatre livres singuliers dont il va être question. Les trois premiers livres sont des nouveautés. Le quatrième est sorti au début de cette année, donc en plein hiver, mais il s’accorde bien à la couleur mélancolique qui caractérise le retour de l’automne, quand les feuilles (sauf une, dirait Fred) tombent des arbres et les fluides circulent autrement . (...)Menu poursuit depuis ses plus jeunes années cette aventure de la pensée du quoi — d’autre, de neuf, de soi, d’ouvert et de fermé, d’infidèle et de fidèle, d’innovateur et de traditionnel, de matériellement rêvé — selon ses propres moyens qui tiennent bon tout en ne cessant de changer. Il est (entre autres) pour cela devenu éditeur, à ses risques et périls, surtout depuis la fondation de L’Apocalypse, structure fragile, économiquement, mais forte, projectivement, dont on doit d’ores et déjà se figurer qu’elle réalisera tous ses désirs, même si, pour certains, il faudra avoir la patience d’attendre le temps d’après la fin du monde."Lire l'article dans son intégralité(image : fragment du début de la partition de Berg, "Lyrische Suite für Streichquartett")
Categorías: Universidade

J.-M. Valentin, Aristote écartelé - Poétiques du théâtre allemand de la Renaissance à Brecht et Müller

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 17:53
Jean-Marie Valentin, Aristote écartelé - Poétiques du théâtre allemand de la Renaissance à Brecht et MüllerParis : Klicnsieck, coll. "Germanistique", 2014.328 p.EAN 978225203949635,00 EURPrésentation de l'éditeur :Prévalence du matériau, parataxe, autonomisation des éléments – le théâtre contemporain rejette le texte au profit de la présentation et de la performance dont il n'est plus que le produit dérivé. La cible? Aristote et le muthos décrétés par les prophètes du « post-dramatique » origine universelle de tous les maux.À travers les affrontements historiques de l'archaïque et des successives modernités, il apparaît toutefois qu’il existe depuis la Renaissance des aristotélismes que révèlent gloses et entre-gloses.La pensée du théâtre et ses réalisations portent la trace de ce bouillonnement pluriséculaire. L’Allemagne, retenue ici comme champ d’observation, éclaire ce qu’il en fut, du théâtre confessionnel jusqu’à Brecht en passant par la fête baroque (Lohenstein), la tragédie bourgeoise (Lessing), les traitements du mythe et de l’histoire par A.W. Schlegel, Kleist et Grabbe. La Poétique n’a cessé de nourrir la réflexion, Aristote apparaissant alors moins comme une norme ou une cible que comme un moyen pour exprimer des conceptions parfois diamétralement opposées. Si Lessing est placé au centre chronologique de ce livre, la confrontation de la théorie et des écritures dramatiques et scéniques révèle, dans l’éloignement du texte-source opéré par le romantisme, une fécondité paradoxale, visible jusque dans sa négation la plus radicale.Sommaire : AvertissementAristote et les aristotélismesLe texte et la performanceI. Le jeu des boules de billardII. Le « pré- », le « post- » et entre les deux, le …rien (?)III. Retour au texte-sourceIV. Le triomphe de la gloseV. Entre le trop peu et le trop. G.E. Lessing et A.W. SchlegelVI. Le mythe et l'histoireVII. Peut-on parler d'un aristotélisme moderne rétablissant l'ancien dans ses droits ? Brèves observations sur Brecht, le muthos et autres catégoriesVIII. La « performance » – une dictature ? Et qu'y a-t-il après le « post » ?Chapitre IRhetor et histrio.L'acteur, le service du texte et le jeu improviséI. Sur l'origineII. Le dramatique et le théâtralIII. L’Église ou le lupanarIV. Les Italiens de ParisV. Les lazziChapitre IILes jésuites et la scèneSalut, Providence, pédagogie chrétienneI. ProlégomènesII. La marche du mondeIII. La question du didactismeIV. Aristote : une difficile fidélitéChapitre IIILe drame de martyr européen et la question du héros parfaitI. Le cadre et les conceptsII. Catholiques et protestantsIII. La tragédie de l’innocence : Jacob MasenIV. Le projet de tragœdia sacraV. L’apport du Collège Romain : Tuccio et StefonioVI. Galluzzi, Platon, Aristote : « rénover la tragédie antique »VII. La tragédie de CrispusVIII. Efflorescence et discontinuitéIX. Transferts, littérature et sociétéChapitre IVLa Sophonisbe de LohensteinTragédie et fête baroqueI. L’héritage renaissantII. Le spectacle des émotionsIII. Les ReyenIV. Les generaV. Au-delà du temps historiqueChapitre VGotthold Ephraim Lessing, l’essentialisteI. Un « livre » singulierII. De la philologie à l’invention de la critiqueIII. Les genres dramatiques. PostulatsIV. La tragédieV. Le « drame de martyr »VI. Une grandeur indifférente à la morale ?VII. Des accommodements impossiblesVIII. Diderot, fausses et vraies convergencesIX. Du comédien – mais sans « paradoxe »X. Contre Diderot. Remettre le théâtre sur ses piedsX. Un écueil : les « caractères parfaits »Chapitre VIAugust Wilhelm Schlegel, le romantisme d’Iénaet le tragique philosophique. Au-delà d’AristoteI. Les voies neuves du nationalII. Coppet, Corinne et le tableau du baron GuérinIII. Une méthode, des postulatsIV. Culture et anthropologieV. Racine, synthèse du classicisme françaisVI. Euripide, « le moins tragique de tous les tragiques » ou la triade recomposéeVII. Antisocratisme, antiaristotélisme et conception existentielle du tragiqueVIII. La tragédie des Modernes. Nature, histoire, nouveaux cheminsIX. Un dialogue difficileChapitre VIIHeinrich von Kleist, Penthésiléeet le retour du dionysiaque euripidienI. Tragédie et tragiqueII. La mutation sémantique du tragique et ses limitesIII. Deux modèles concurrentsIV. Le dramatique et le théâtralV. Oreibasia, sparagmos, omophagiaVI. Une « tragédie parfaite » ?Chapitre VIIIHistoire et théâtralité. Napoléon ou les Cent-Joursde Christian Dietrich GrabbeI. Le héros dans l’histoireII. L’acteur et la métaphore du jeuChapitre IXBrecht et Aristote – mais quel Aristote ?I. La question de la nouvelle écriture dramatiqueII. Présence de la gloseIII. Mimesis, Einfühlung, catharsisIV. L’intrasocialV. La médiation de LessingVI. Critique de l’obscurcissement et du camouflageVII. Marx vs AristoteIndex nominumJean-Marie Valentin (Sorbonne/IUF), membre de la "Deutsche Akademie für Sprache und Dichtung", est spécialiste de la poétique du théâtre allemand depuis le XVI e siècle. Aux Éditions Klincksieck il a donné en 2010 une traduction commentée de la Dramaturgie de Hambourg de G.E. Lessing et co-dirigé en 2012 Bertolt Brecht et la théorie dramatique .
Categorías: Universidade

M. Giuliani, Histoire, langage et art chez Walter Benjamin et Martin Heidegger

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 17:49
Mathias Giuliani, Histoire, langage et art chez Walter Benjamin et Martin HeideggerParis : Klincksieck, 2014.384 p.EAN 978225203947235,00 EURPrésentation de l'éditeur :L'objectif principal de ce livre est de démontrer de quelle manière la lecture de certains textes de jeunesse de Heidegger marqua profondément la pensée philosophique de Benjamin. Celui-ci aurait subi l’influence heideggérienne aussi bien au niveau de sa propre philosophie de l’histoire que de sa philosophie du langage et de sa philosophie de l’art. Le fondement théorique est l’approche de la période de formation, encore peu étudiée, des deux philosophes. La philosophie néokantienne est le principal courant philosophique à l’époque dans toutes les universités allemandes. C’est pourquoi le point de départ de la recherche, notamment pour la première et la deuxième partie (histoire et langage), se centre sur la formation des jeunes Benjamin et Heidegger auprès de maîtres tels que Heinrich Rickert, Edmund Husserl et Emil Lask. L’entrecroisement de philosophie de l’histoire et de philosophie du langage aura une projection décisive dans le débat concernant le concept d’art chez les deux philosophes. Le troisième axe d’étude porte quant à lui sur la philosophie de l’art. Il traite du livre de Heidegger daté de 1929 sur Kant et le problème de la métaphysique, et du texte de jeunesse de Benjamin intitulé « L’arc-en-ciel. Entretien sur l’imagination » (1915).Sommaire :Avertissement , par Marc JimenezRésuméRésumé (en anglais)Résumé substantielLa philosophie de l'histoireLa philosophie du langageLa philosophie de l’artDeutsche ZusammenfassungGeschichtsphilosophieSprachphilosophieKunstphilosophieIntroduction généraleWalter BenjaminMartin HeideggerPremière partieHistoireChapitre I. — Le mot Vollendung  : Walter Benjamin et l’influence d’Heinrich Rickert (1913)IntroductionL’enseignement de Rickert : Fribourg, 1913Rickert : Le système des valeurs (1913)BenjaminBenjamin : « Et notre rédemption se produit par l’amour » (1913)Benjamin : Entretien sur l’amour (1913)ConclusionVers une philosophie messianique de l’histoire (1940)Chapitre II. — La temporalité historique : la discussion entre les jeunes Heidegger et Benjamin (1912/1916)IntroductionL’enseignement de Rickert : Fribourg, 1912/1916Rickert : Le système des valeurs (1913)Heidegger-BenjaminHeidegger : Le concept de temps dans la science historique (1915)Benjamin : Réflexions autour du Festival de G. Hauptmann (1913)Benjamin : Trauerspiel et tragédie (1916)ConclusionChapitre III. — Le concept d’historicité et la notion d’histoire naturelle (1923-1940)IntroductionL’entrecroisement des projetsBenjaminBenjamin : Histoire littéraire et science de la littérature (1931)Benjamin : Das Passagen-Werk : Convult N (1927-1940)Benjamin : Sur le concept d’histoire (1940)HeideggerHerméneutique de la facticité (1923)Prolégomènes au concept de tempsÊtre et temps (1927)ConclusionDeuxième partieLangageChapitre IV. — Logique et analogieIntroductionLes fondements de la philosophie du langageHeideggerNouvelles recherches sur la logique (1912)Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot (1915)ConclusionChapitre V. — Langage et affinitéIntroductionLe problème de la relationBenjaminLangage et logique I, II, III (1920/1)Analogie et affinité (1920/21)ConclusionDocteur en philosophie de l’université Paris-IV Sorbonne, Mathias Giuliani a écrit plusieurs articles sur Walter Benjamin auquel il a consacré sa thèse achevée quelques temps avant sa mort.
Categorías: Universidade

Cinco desaciertos en obras de arte público emplazadas en San José

Paquidermo - Xov, 09/10/2014 - 17:15

 

:: Pablo Bonilla Elizondo (*) ::

Con el afán de unirme a las últimas tendencias de escritura, en particular de esas marcadas por ranquins y numeraciones que pretenden ordenar el panorama heteróclito de la información en esta nueva era de la viralidad, me doy a la tarea de reseñar los cinco “desaciertos” más significativos en torno a obras de arte público realizados en San José.

Copiando de estas últimas tendencias no sólo su formato, sino la subyacente pretensión de eliminar el vértigo a la pluralidad, me limitoa comentar un cuerpo de materialidades determinadas por su presencia duradera, que no representan la totalidad de desaciertos, y menos la totalidad de tipologías que hoy versan sobre el arte público, sino como se dijo antes: sólo cinco obras, realizadas en San José y que dada cierta materialidad pretenden evadir lo efímero.

Tal tarea no podría dejar ciertos residuos, marginalidades, que bajo la sombra de lo reseñado, podrían alcanzar su luz. Encuentro en ellas un contraste interesante, sólo son dos obras que llamaremos “aciertos”, y que me permiten, en este desenfreno hacia la popularidad de la escritura ordenada, dotar de cierta carencia, a falta de los elementos que posibiliten un equilibrio imposible.

1. El Monumento al Zaguate

“El Monumento al Zaguate” es un conjunto escultórico emplazado en el boulevard de la Avenida Central a la altura del Mercado principal, en la ciudad de San José. Está construido con láminas de hierro soldadas y acopladas entre sí como si fueran figuras de cartón ensamblables. Las láminas representan a perros callejeros que su autor adoptó y estilizó.

Evidentemente el problema de esta pieza no recae en la estilización de las figuras (provenientes de la mano de un gran artista), ni en el mérito de cada zaguate para obtener su monumento, ni en la noble intención de crear una conciencia sobre el maltrato animal. Su problema radica en apelar a una tipología del monumento que no permite una articulación con el espacio ni con los transeúntes y, que por tanto, no potencia sus posibilidades discursivas.

Primero, porque las seis piezas que conforman el conjunto se alinean sobre el eje central de la calle, la cual divide para orientar dos carriles peatonales y fomentar el uso de la ciudad como espacio de mero tránsito. La reducción de los monumentos a un tipo de artefacto de señalización vial es sumamente común y suele evidenciaruna de las formas más comunes de desentendimiento histórico. (Paracuántos las Garantías Sociales no son más que una rotonda).Volviendo a la pieza, la función de artefacto vial, también es subrayada por la forma misma de sus figuras, que se desentienden de ciertas vistas, anulando la posibilidad de recorridos circulares y reflexivos en torno a ellas y sometiéndolas exclusivamente a la mirada pasiva de quien camina presuroso a su parada de autobús.

Segundo, porque las piezas de acero yacen sobre unas peanas de concreto toscas y con mayor volumen que la escultura que pretenden mostrar: lo que aleja al espectador de la pieza y las aísla bajo la cierta apariencia aurática; acentuada ésta, por su debida placa conmemorativa; imposibilitada, en su propio ser, de informar sobre las condiciones reales del maltrato animal. Aquellos valientes, a quienes el monumentalismo de sus bases no los aleja, depositan su indiferencia en ellas, de espalda a las piezas, acomodando su cuerpo entre los metales para buscar algún tipo de apoyo, mientrasesperan a alguien más.

Potenciar la intencionalidad de las piezas requería pensarlas en función de un espacio pertinente: ubicarlas en un espacio recreativo, con bases dinámicas que permitiera a los niños interactuar con ellas, compartiendo espacio con mobiliario urbano y zonas verdes. Se trataba, por tanto, de pensar el conjunto escultórico bajo una lógica pedagógica y no monumental. ¿Acaso los bustos conmemorativos de las grandes figuras de la historia son capaces de dar cuenta de sus obras?

2. Homenaje a Manuel de la Cruz González

 

Doce reinterpretaciones de Las Lacas de Manuel de la Cruz González se ubican en seis estructuras de concreto a lo largo del Paseo de los Damas. Esas seis estructuras se depositan en la acera cada una con vistas opuestas a la calle vehicular y al recorrido peatonal. Miden 2.20 metros de ancho por 3 metros de alto.

Sin lugar a dudas, Las Lacas de Manuel de la Cruz González representan uno de los puntos más altos del arte costarricense de la segunda mitad del siglo XX. Es, además, difícil de imaginar un artista costarricense con más méritos para tributar. Por supuesto que esta crítica no pretende cuestionar sus méritos, sino los problemas inherentes de adaptar una obra de pequeño formato al espacio público. Tal adaptación, no es imposible, sólo requiere un conocimiento profundo de las complejidades (sociales, políticas, estéticas, procedimentales y materiales), que implica la ubicación de una pieza de arte en un entorno urbano, así como una claridad conceptual de las unidades significantes de las obras que deben perdurar en la adaptación. El problema fundamental de este conjunto de piezas se instaura entre esos dos desconocimientos.

Como muchos sabrán, Las Lacas de Manuel de la Cruz consisten en una serie de pinturas propias de la abstracción geométrica, claramente unida a una herencia de búsquedas místicas y cosmogónicas que vinculan la geometría, el color, el plano, la superficie lisa. Por ello, es a primera vista difícil de comprender que realizaran la adaptación con mosaiquismo, una técnica artesanal de opacidad y ruptura, totalmente opuesta a la búsqueda de superficies infinitas, profundas y trasparentes que la laca, por su misma naturaleza, construye. El mosaiquismo, como técnica mural, tiene una historia antigua: a través de ella es claro que es una opción conducente a propiciar la vibración y el contraste con múltiples colores, en un mismo plano que se contempla desde cierta lejanía. En el país se convirtió en sinónimo de durabilidad y se ha empezado a aplicar de forma indiscriminada, a pesar de que existen otros materiales que pueden responder a esas demandas de igual forma. Pinturas automotrices o resinas pudieron resolver fácilmente la adaptación al espacio público de las obras de Manuel de la Cruz González, sin representar un mayor costo y manteniendo la coherencia conceptual de sus fuentes.

Bajo su condición de objetos emplazados en el espacio público, las piezas se postulan como escaparate a los vehículos que transitan como mínimo a cuarenta kilómetros por hora, reduciendo su existencia y función a la de mera decoración pasajera. Por otro lado (en el sentido literal), se presentan en toda su solidez como obstáculos de seis metros cuadrados que estrechan el tránsito peatonal y limitan la vigilancia natural. Como objetos urbanos son evidentemente un desacierto y como objetos estéticos sólo son posibles de contemplar, desde el otro lado de la calle, entre buses fugaces, y desde la acera, sin la distancia óptima para contemplar el juego de planos. La función estética de una obra de arte pública debe suponer un espacio para su espectador, un espacio para que pueda reflexionar sobre su existencia y su entorno.

Para concluir, una construcción chapucera evidenciada por varillas expuestas, la poca gama de colores que ofrece la cerámica industrial, fraguas de mala calidad y un soporte de cemento de poca imaginación y excesivo peso (que podemos relacionar fácilmente a las capacidades de los trabajadores municipales y difícilmente con la historia riquísima entre arquitectura y pintura abstracta desde la Bauhaus), termina de construir un homenaje a la mala gestión y falta de conocimiento en el área del arte público.

3. Estatua de John Lennon.

Al final del año 2011 se instaló en el Paseo de los Estudiantes, o actual Barrio Chino, una réplica de la Escultura de John Lennon del artista cubano José Ramón Villa Soberón. La versión original está emplazada en el Barrio de Vedado en la Habana. La pertinencia de esta pieza a este espacio, sea si lo reconocemos como Barrio Chino o Paseo de los estudiantes, es algo bastante difícil de hilar, a menos que queramos delirar lo suficiente para suponer que la letra de Imagine tiene un nexo simbólico con el nuevo comunismo-capitalista chino, o que el pelo largo de Lennon (previo a su nacimiento) inspirara las revueltas estudiantiles contra Tinoco.

Más allá de bromas, esta impertinencia evidencia la ausencia de un marco identitario en las políticas urbanas de nuestra capital y, opuesto a ello, el ideal político por perseguir un modelo de ciudad kitsh, en donde la realidad suplementaria de sus símbolos no puede desentenderse de su ser como apariencia; que a su vez aparenta la ciudad cosmopolita que no es. No sería de extrañar, que en un futuro próximo, nos topáramos por las calles de San José al Oso de Madrid o el Toro Wall Street, como un nuevo zoológico donde sus animales, fuera de su entorno natural, se vean reducidos a representar su especie por su pura apariencia.

Ahora bien, en favor de John Lennon, creo que también es importante apuntar algo sobre la propia estatua. Ya que sin lugar a dudas, este tipo de repeticiones, que va desde Lima hasta Galicia, forma parte de un conjunto de propagación de estereotipos propios de la cultura de masas, que deteriora un discurso a una infantilización moral de lo políticamente correcto. John Lennon esasí reducido a un tipo de lugar común inofensivo, un hippy bueno de amor y paz, en donde las personas pueden recordarlo al mismo tiempo que se olvidan de su música y de sus gestos políticos, muchos de los cuales eran altamente controversiales.

Al momento de la instalación de la pieza, muchos pensamos porqué no honrar a un músico nacional en cambio… Pero siempre queda la duda de si será tan sencillo sustituir la escultura de John Lennon por una de Ray Tico. ¿No será acaso elegir entre la reducción de un discurso o la hipocresía? ¿Pueden las estatuas restituir la falta de apoyo real de las organizaciones estatales a la cultura y a los músicos nacionales?

Pero bueno, por puro ejercicio lúdico, prefiero preguntarme qué hubiera hecho John Lennon al ver el Paseo de los Estudiantes convertido en un Barrio Chino en frente de sus ojos. No creo que se quedara placido sentado en una banca; me gustaría imaginarlo como parte de un conjunto de acciones que reclamen el Paseo de los Estudiantes que honren la historia y reivindiquen nuestra identidad. Un poco de eso comentaré a propósito de la siguiente obra.

4. Arco del Barrio Chino.

El Arco Chino, corona la decisión política de convertir el Paseo de los Estudiantes en un Barrio Chino en el 2012, a partir de un convenio entre La embajada de la República Popular de China y la Municipalidad de San José. Este cambio pretendía potenciar una zona de interés turístico que al mismo tiempo permitiera el desarrollo de una zona comercial china. Sin embargo, el arraigo de la población china a la zona era inexistente, ya que además de un par de tiendas de productos chinos, nunca había tenido habitantes ni propietarios chinos de forma importante.La mayoría de propietarios eran costarricenses, que a pesar de especular excesivamente con el nuevo plan urbano, lograron alquilar algunos locales a comerciantes chinos que, después del entusiasmo inicial, se marcharon al no conseguir los réditos prometidos.

A casi tres años de su inauguración, resulta evidente que la cohesión de un núcleo cultural y comercial chino fracasó y el Paseo de los Estudiantes empieza a reivindicarse en la conciencia, gracias a muchos escritores, académicos, activistas y colectivos del arte público y la arquitectura, que no esperaron el fracaso de tal absurda idea para actuar. Entre ellos podemos mencionar al colectivo Ciudad Alterna o el Colectivo Perro Cerámico, que con intervenciones efímeras tratan de concientizar sobre las mutaciones impuestas recientemente y sobre la necesidad de recuperar la historia. En frente del Arco Chino, estas intervenciones son capaces de restituir el espacio y señalar subrepticiamente los conflictos e inadecuaciones políticas que supone un espacio público.

Al igual que John Lennon, el Arco se eleva como suplemento, reducido a cliché acerca de la unión entre ticos y chinos (esto con respecto a la incrustación de esferas precolombinas en un arco propio de la Dinastía Tang). Y es capaz de ocultar a quien transite la Avenida Segunda (perpendicular en relación al mismo), la carencia de visión e interés político en la identidad urbana de una ciudad.

5. El Conquistador Español

 

No pretendo referirme en específico al Conquistador Español que encumbra la parte alta del Parque España, solo quisiera partir deeste, para señalar la falta de claridad intelectual para una gestión integral del patrimonio urbano en lo que respecta a monumentos escultóricos y arte público.

Entre la oficina de Patrimonio Nacional y la Municipalidad rueda la pelotica, mientras tanto San José acumula más bustos y monumentos, al mismo tiempo que se pierden placas y se deteriora el resto. Por lo visto, nadie se preocupa por restituir todas esas peanas vacías, convirtiendo a San José en un cementerio de tumbas mudas y anónimas.

Menos probable es que alguien se preocupe de lo presente, ¿a quién se está tributando y por qué?, entre la masa de bustos conmemorativos, ni la pertinencia a un espacio ni los méritos del referente se cuestionan. Una gestión integral del patrimonio urbano no solo consiste en emplazar y dar mantenimiento, implica también documentar y crear dispositivos educativos cuando sea meritorio. Pero además, y puede que más importante aún, también debe tener las competencias para reubicar y demoler cuando sea necesario. Nuestro Conquistador es una de esas piezas que debió ser fundida y convertida en alcantarillas hace muchos años.

Opuesto a él, a una cuadra de distancia, nuestro Monumento Nacional requiere un rescate integral: limpieza, restitución de las piezas faltantes, paneles didácticos y página web enlazada al Ministerio de Educación para que maestros y estudiantes tengan acceso a ella. Pero sobre todo, requiere una modificación en su base para que pueda ser contemplada sin necesidad de zancos y eliminar el reto que supone a diputados ocurrentes. En otras palabras, requiere una serie de acciones para promover su accesibilidad y funcionalidad, que el patriotismo no se nos (re)presente como algo inalcanzable y deteriorado.

Dos aciertos

En la esquina del Condominio Juridicentro, 100 metros norte del Poder Judicial, encontrábamos una obra de inigualable lucidez política y estética: una placa conmemorativa que reza:

Jardín Arias.

Administración Arias 2006-2010.

Diagonal a Inaugurada Casa Presidencial.

En su primera línea, esta placa hace referencia a un matorral incrustado en el condominio, diagonal al “jardín” yace un conjunto de inmuebles absolutamente despreocupados de los supuestos planes presidenciales, referentes de la última. Comentario audaz sobre las políticas conmemorativa-narcisistas en la res publica, y la presencia fantasmagórica de una serie de proyectos urbanos desentendidos de la realidad material de la ciudad, que no serán más que la conmemoración de lo inexistente. Futura casa presidencial, futura asamblea legislativa, futuro carril-bici, futuro tren urbano, futuro metro.

Hoy la placa, bajo el mismo absurdo de su existencia fue removida. Su remoción termina el juego al restituir el jardín y los edificios enfrente a su irrelevancia primera. A la larga, entre la presencia que señala una ausencia y laausencia que señala una presencia se desata un juego de imaginarios falaces, políticas caídas y la realidad urbana en su espesor de matorral.

Por último, en el recién bautizado Barrio Chino, en una de sus jardineras, señalo el segundo acierto, hay una peana con una placa conmemorando las manifestaciones estudiantiles de 1919 contra la dictadura de Federico Tinoco y que afirma el bautismo oficial de la calle 9 como Paseo de los Estudiantes en 1937. No sé si encima de esa base alguna vez existió alguna escultura, por su forma redondeada y ausencia de rastros de la pieza pareciera poco probable, sin embargo, nopuedo descartarlo. Debajo de la placa, alguien graficó a Jonny Araya comiéndose la silueta territorial de Costa Rica con palillos chinos.

Esta peana, por la relación que establece entre placa conmemorativa e intervención urbana satírica, señalael hecho de que el espacio público es un escenario de conflictos políticos, donde se manifiesta el poder y donde, cuando sea necesario y justo, hay que anteponerse y trabajar en su contra. Arriba de esta relación, se observa un espacio a llenar, pero es un espacio que debe permanecer siempre vacío, como potencia, recordándonos que los monumentos no restituyen la responsabilidad política que debemos asumir en acciones, y que muchos, con respecto a la recuperación del Paseo de los Estudiantes, ya han empezado a ejecutar.

———————–

* Master en Pensamiento Contemporáneo y Cultura Visual de la Universidad Politécnica de Valencia, España. Actualmente es el director de la Cátedra de Artes de la Escuela de Ciencias Sociales y Humanidades de la Universidad Estatal a Distancia y profesor de la Escuela de Artes Plásticas de la Universidad de Costa Rica.

A. Lilti & C. Spector (dir.), Penser l’Europe au XVIIIe siècle. Commerce, civilisation, empire

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 16:33
Penser l’Europe au XVIII e siècle. Commerce, civilisation, empireSous la direction d'Antoine Lilti et Céline SpectorOxford : Voltaire Foundation, coll. "Oxford University Studies in the Enlightenment", 2014.EAN 9780729411486.x, 270 p.£60.00Présentation de l'éditeur :Au XXI e siècle, l’Europe ne fait plus rêver: son modèle est contesté, tant sur le plan économique qu’intellectuel et politique. Face à ces désillusions, il est urgent d’interroger les origines de l’idée d’Europe: quand et comment la notion d’Europe s’est-elle définie?L’ouvrage dirigé par Antoine Lilti et Céline Spector propose un détour par les Lumières. Si l’Europe peut s’enorgueillir d’une longue histoire, c’est bien au XVIII e siècle qu’elle est devenue un enjeu philosophique, historique et politique majeur. De Montesquieu à Kant, de Voltaire à Burke ou à Robertson, l’idée d’Europe est au cœur des controverses sur le droit international comme sur l’économie politique, sur la légitimité de l’expansion coloniale comme sur les espoirs d’un monde pacifié. Véritable enquête collective conduite par des historiens et des philosophes, Penser l’Europe au XVIII e siècle aborde trois éléments majeurs autour desquels gravite le concept naissant d’Europe: l’empire, le commerce et la civilisation. Après avoir décrit la manière dont l’ordre européen a été conçu, les auteurs examinent la question de l’expansion commerciale et coloniale de l’Europe, ainsi que les théories de la civilisation, qui permettent d’interroger le statut de l’exceptionnalisme européen. Le siècle des Lumières ne nous présente pas un idéal européen à ressusciter, mais un champ d’interrogations dont nous ne sommes jamais véritablement sortis.Liste d’abréviationsAntoine Lilti et Céline Spector, Introduction: l’Europe des Lumières, généalogie d’un conceptI. Un nouvel ordre européenBruno Bernardi, L’idée d’équilibre européen dans le jus gentium des modernes: esquisse d’histoire conceptuelleStella Ghervas, La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe? La perspective du Siècle des LumièresJennifer Pitts, Empire colonial et universalisme juridique au XVIII e siècleII. L’Europe du doux commerce?Céline Spector, Civilisation et empire: la dialectique négative de l’Europe au siècle des LumièresKenta Ohji, La fin de l’ Ancien Régime en Europe selon l’ Histoire des deux IndesIII. La civilisation et ses critiquesAntoine Lilti, La civilisation est-elle européenne? Ecrire l’histoire de l’Europe au XVIII e siècleLarry Wolff, La géographie philosophique des Lumières: l’Europe de l’Est et les Tartares de Sibérie au regard de la civilisationDominic Eggel, Le projet des Lumières mis en cause de l’intérieur: les classiques de Weimar à l’avant-garde des critiques de la civilisation européenneSophia Rosenfeld, Postface: L’Europe des cosmopolites: quand le XVIII e siècle rencontre le XXI eRésumésBibliographieIndexParution de la Voltaire Foundation, dans la collection des Oxford University Studies in the Enlightenment .Pour des renseignements complémentaires sur ce volume:http://xserve.volt.ox.ac.uk/VFcatalogue/details.php?recid=6580Pour tout autre renseignement, ou pour passer une commande: http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/books/orders.ssiPour tout renseignement complémentaire merci de contacter email@voltaire.ox.ac.uk
Categorías: Universidade

Ouest-France

Sauvons la recherche - Xov, 09/10/2014 - 15:30

9 octobre 2014

3 septembre 2014

28 mai 2014

27 janvier 2014

4 octobre 2013

22 septembre 2013

20 mai 2013
Université de Bretagne-Sud. Des syndicats opposés à la loi Fioraso

9 avril 2013
La prostitution gagne les bancs de l'université

5 avril 2013
Journées de Nantes. Deux jours de débats autour des « raisons d'espérer »

3 avril 2013
Les IUFM disparaissent à la rentrée

27 novembre 2012
Station biologique : les personnels mobilisés contre la précarité - Roscoff

29 octobre 2012
La recherche : une priorité absolue

25 octobre 2012
Précarité. Hausse de la fréquentation à l'Epicerie sociale de l'université du Mans

23 octobre 2012
Assises à Brest. Vers une seule université bretonne ?

22 octobre 2012
Brest. Plus de 200 personnes aux Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche

10 octobre 2012
Angers. La mobilisation étudiante se poursuit à Belle-Beille

3 octobre 2012
Mediator. 80 % des demandes d'indemnisation rejetées [Audio]

2 octobre 2012
Université. Les étudiants angevins en grève jeudi contre « l'austérité »

17 septembre 2012
Angers. Le président de l'université se dit préoccupé par les finances

2 mai 2012
Universités. Harvard et le MIT vont offrir des cours gratuits en ligne

21 avril 2012
En Europe, le chômage percute la jeunesse

20 avril 2012
Pour un avenir meilleur, les Espagnols émigrent

20 février 2012
Rennes. Trois profs de Sciences Po renvoient leurs palmes

13 décembre 2011
Nantes : 1 500 manifestants protestent contre le plan de rigueur devant la préfecture

8 décembre 2011
Suicide à l'UBO de Brest : l'enseignant en cause est blanchi

5 novembre 2011
Chantier EPR : 2 000 cas de non-conformité (Vidéo)

18 octobre 2011
L'Université de Bretagne Sud contrainte de geler une vingtaine de postes

16 octobre 2011
La station biologique fête la science ce dimanche - Roscoff

9 octobre 2011
« La chimie manque avant tout de transparence »

8 octobre 2011
Fête de la science : tout un programme !

26 septembre 2011
Suicide de Marie-Claude Lorne : l'affaire sera jugée par l'université de Nancy 2

1 juillet 2011
L'Université d'Angers crée un portail pour l'emploi

23 juin 2011
Les visiteurs médicaux dans la ligne de mire

L'Université de Nantes, première de la classe

26 mai 2011
Un service minimum d'accueil dans les écoles, mardi

24 mai 2011
Les parents ont soutenu les écoles publiques - Landivisiau

14 mai 2011
Liliane Bettencourt : 10 millions pour l'Institut de France

16 avril 2011
L'enseignement privé contre la suppression de postes

7 janvier 2011
Ouest-France / Pays de la Loire / Nantes / A la une de Nantes Le trois-mâts « La Boudeuse » saisi par le fisc

29 novembre 2010
Irène Frachon a gagné la bataille contre le Mediator

10 août 2010
Georges Charpak veut l'arrêt du projet Iter

18 mai 2010
Manifestation pour la venue de la ministre des universités demain au Mans

Categorías: Universidade

Anti-homeless cages erected for health reasons, says Cardiff University

Guardian Unlimited: Education - Xov, 09/10/2014 - 15:25
University claims metal grilles are not to deter outdoor sleepers but to prevent lengthy exposure to potentially toxic fumes Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Point de vue. Financer autrement les études supérieures - Arnaud Chéron, Ouest France, 9 octobre 2014

Sauvons l'université - Xov, 09/10/2014 - 15:05

Note de la rédaction de SLU : La prétendue crise financière permet de ressortir les vieilles lunes.
1) L'évidence selon laquelle la "production" d'une main-d'oeuvre disposant de "savoirs propices aux innovations et à leur diffusion" favoriserait le "potentiel de croissance" de l'économie (favoriser la fameuse "économie de la connaissance" quoiqu'elle produise serait naturellement une bonne chose : OGM, nucléaire, nanotechnologie ; Il suffirait que les sciences humaines et sociales s'investissent encore un peu plus dans la promotion de leur acceptabilité ...)
2) le coût des études supérieures en période de crise (accumulation de capital humain comme ils disent ...)
3) et l'on ressort les prêts étudiants (dont le principal avantage est de "produire" une main d'oeuvre soumise aux lois du marché parce qu'accablée par le poids de sa dette ...)

Lire sur le site

Comme chaque année, la rentrée étudiante a remis à l'ordre du jour du débat public la question des droits d'inscription, des frais de vie pour les étudiants, et de leur financement. Ce sujet est d'importance car, on le sait, le potentiel de croissance d'une économie repose avant tout sur sa capacité à produire une main-d'oeuvre disposant de savoirs propices aux innovations et à leur diffusion. Augmenter l'accès des jeunes à l'enseignement supérieur est donc une priorité dont la réalisation peut s'avérer difficile dans un contexte budgétaire tendu.

En France, le financement de l'enseignement supérieur est principalement assuré par l'État, qui prend en charge l'essentiel des coûts de formation en maintenant des droits d'inscription très faibles. Pourtant, contrairement à ce qui est escompté, ce modèle est loin de garantir une démocratisation de l'enseignement supérieur : les diplômés d'origine sociale plus favorisée sont surreprésentés à tous les niveaux de diplôme, plus fortement encore au niveau Bac + 5. De même, à l'étranger, les expériences de suppression de droits d'inscription menées par certains pays (l'Australie entre 1973 et 1988, l'Irlande depuis 1996), qui visaient explicitement à démocratiser l'accès à l'enseignement supérieur, ne se sont pas accompagnées d'une participation plus soutenue des étudiants issus de milieux défavorisés.

À l'inverse, l'augmentation des droits d'inscription peut être utilisée comme un levier pour dégager des ressources complémentaires à destination des formations. Mais il faut s'assurer que cela ne joue pas négativement sur les conditions d'études (ce qui serait le cas, par exemple, si pour acquitter leurs droits d'inscription les étudiants étaient contraints de travailler), ni sur la sécurité financière de l'ancien étudiant durant sa carrière professionnelle. Le cas des États-Unis, avec un niveau très important de dettes d'études et une tendance à l'augmentation des situations de défaut de paiement des anciens étudiants, ne fournit pas, à ce titre, un modèle de financement souhaitable.

Dès lors, existe-t-il en France une alternative qui ne tombe dans ces travers et qui ne soit pas pour autant synonyme de désengagement de l'État ? Oui, en combinant une augmentation raisonnable des droits d'inscription avec une mise en place en parallèle d'un prêt à remboursement contingent au revenu (PARC), dispositif expérimenté avec un certain succès, par exemple en Australie depuis 1989.

Avec un PARC, un individu emprunte pour financer ses études. Lors de la période de remboursement, le montant des annuités dépend du revenu courant de l'ancien étudiant, l'État jouant le rôle de garant. Si cette alternative relève bien d'une logique de financement différente, elle présente l'intérêt de garantir l'accès aux études supérieures indépendamment des ressources de l'étudiant, et de moduler leur contribution selon la nature des formations suivies et leurs facultés contributives. Il est possible, pour ne pas dire urgent, de repenser notre modèle de financement de l'enseignement supérieur.

Arnaud Chéron, (avec Pierre Courtioux) Pôle de recherche en économie de l'EDHEC Business School

Categorías: Universidade

L'Académie des sciences tacle Hollande - Sylvestre Huet, Sciences2, Libération, 9 octobre 2014

Sauvons l'université - Xov, 09/10/2014 - 14:35

Lire sur Sciences2

L'Académie des sciences ne prend pas son vélo pour rejoindre les cortèges de Sciences en marche qui convergent vers Paris, mais presque. La vénérable assemblée vient en effet de s'exprimer de manière très polie, style oblige, mais très ferme sur la politique de recherche du gouvernement. Sous la forme d'un message envoyé le 7 octobre au Président de la République, François Hollande, au Premier ministre, Manuel Valls, et aux membres du gouvernement concernés par le sujet, Najat Vallaud Belkacem et Geneviève Fioraso, ainsi qu'au président et au vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques. Et le message est clair : ça ne va pas.

« Redéfinition du périmètre du Crédit d'impôt recherche ».

Le contenu général est sans ambiguïté : le gouvernement doit changer de politique. Sur plusieurs points précis, l'Académie rejoint les analyses et demandes du mouvement « Sciences en marche ». En particulier sur l'embauche de jeunes scientifiques et la situation de précarité trop longue qui décourage des « brillants éléments » et sur le moyen de financer les laboratoires par la « redéfinition du périmètre du Crédit d'impôt recherche ». Sur ce point, on attend les députés de gauche courageux qui sauront proposer à l'Assemblée nationale les amendements nécessaires et utiles.

La communication « Inquiétudes dans les laboratoires de recherche », présentée en intégralité ci-dessous a été votée à l'unanimité par le Comité restreint de l'Académie des sciences le 30 septembre dernier. Ce Comité réuni le bureau de l'Académie (le Président Philippe Taquet, le Vice-président Bernard Meunier et les Secrétaires perpétuels : Catherine Bréchignac et Jean-François Bach), deux membres élus de la Commission administrative, le délégué aux relations internationales, les 9 délégués de section et 9 membres élus en Comité secret (le nom délicieusement suranné qui désigne… l'Assemblée générale, ou plénière, des membres de l'Académie).

Des députés de gauche courageux

Cette unanimité ruine l'argumentaire gouvernemental sur le soutien que sa politique récolterait dans les laboratoires et le caractère minoritaire de la contestation animée par Sciences en marche. Au-delà des divergences politiques, les scientifiques de toutes disciplines et de toutes catégories partagent l'analyse selon laquelle la politique actuelle dégrade la capacité de recherche du pays et met en cause son développement nécessaire.

Alors que les cortèges de Sciences en marche partis de Marseille et Aix, Montpellier, Toulouse, Grenoble, Bordeaux, Strasbourg, Lyon et Nantes convergent vers Paris pour un rassemblement devant l'Assemblée nationale le 17 octobre, cette déclaration de l'Académie des sciences donne un visage nouveau à cette contestation. Un visage plus pondéré, moins… effervescent, mais susceptible de convaincre les députés de gauche, majoritaires à l'Assemblée, d'agir sur ce terrain pour obtenir du gouvernement un infléchissement de sa politique.

Communication à la presse Paris, le 8 octobre 2014

Inquiétudes dans les laboratoires de recherche

« L'Académie des sciences rappelle la nécessité impérieuse du maintien d'une recherche fondamentale de haut niveau dans notre pays, recherche souvent à l'origine des plus grandes découvertes et des applications les plus importantes. L'Académie avait déjà souligné de nombreux points de faiblesse de la recherche française actuelle dans son rapport de septembre 2012, puis dans son communiqué de décembre 2013 avait manifesté son inquiétude face à la diminution des crédits de base des laboratoires de recherche publics.

La situation ne fait hélas que s'aggraver. De nombreux laboratoires se débattent pour survivre dans un environnement défavorable et un contexte international de plus en plus compétitif. La très forte diminution des crédits de l'Agence nationale de la recherche affecte sévèrement les « projets blancs » et tarit une source essentielle de financement des chercheurs qui s'engagent dans des recherches originales. Le taux de rejet important lors des appels d'offres laisse sans espoir de très nombreux chercheurs. La sélection favorise trop souvent les thèmes de recherche « à la mode », laissant de nombreuses équipes de haut niveau à l'écart.

La longue période entre le doctorat et l'embauche dans une structure de recherche (financée par des contrats-relais dont la gestion est aggravée par des mesures administratives inutilement contraignantes) conduit de plus en plus de brillants éléments à quitter la recherche ou même le pays, ceux-là mêmes qui auraient dû prendre la relève dans la décennie qui vient, après avoir reçu une formation payée par les impôts de tous. La France commence à perdre les meilleurs talents des nouvelles générations, jeunes chercheurs, le sang neuf des laboratoires, mais aussi décourage des chercheurs confirmés assurant l'introduction de nouveaux thèmes. Les mesures de simplification de la gestion de la recherche recommandées et attendues n'ont pas été mises en place, ni dans la vie quotidienne des laboratoires, ni dans les méthodes d'évaluation. L'Agence pour l'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur semble avoir seulement changé de nom.

Dans cette période de difficultés économiques et budgétaires, l'Académie est bien consciente que les efforts ne peuvent passer que par des solutions originales, mettant en jeu la créativité de tous, afin de retrouver les marges de manœuvre dans le fonctionnement de la recherche, sans augmentation notable du budget global, y compris en sachant transgresser les résistances. L'Académie est prête à faire des propositions. En particulier, une partie du crédit-impôt-recherche, servant actuellement de soutien à des secteurs éloignés de la recherche scientifique et de l'innovation, pourrait être redirigée vers les besoins réels des laboratoires tout en continuant à soutenir les jeunes entreprises innovantes. Une redéfinition du périmètre du crédit-impôt recherche permettrait de mieux dynamiser la recherche et l'innovation.

Faute de changements rapides, il ne sera possible que de préserver quelques îlots de très haut niveau, dont la communauté sera très fière, mais qui ne permettront pas d'assurer l'avenir de notre recherche et sa traduction technologique et industrielle. »

Categorías: Universidade

Vacations en communication à l'INSA de Rouen

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 13:23
L'INSA de Rouen (Institut national de sciences appliquées), école d'ingénieurs publique généraliste, recherche pour le seconde semestre plusieurs vacataires pour assurer des enseignements en expression et communication en 2e année.7 à 8 groupes de TD sont à pourvoir.1h30 de cours/semaine par groupe sur 14 semaines, du 28 janvier au 25 juin 2015.Jours d'enseignement (sous réserve de confirmation): lundi, mercredi, jeudi matin.Nombreux supports de cours disponibles.Conditions administratives de recrutement :- titulaire d'un emploi principalUne activité salariée du secteur privé ou du secteur publique d'au moins 900 heures par an (ou 300 heures d'enseignement)Ou une activité non salariée à la condition qu'elle soit assujettie à la taxe professionnelle ou que l'intéréssé(e) puisse justifier avoir retiré de l'exercice de sa profession, des moyens d'existence réguliers depuis au moins trois ans.- ou étudiant de 3e cycle ou 65 ans et plus.Merci de contacter Claire Hennequet (claire.hennequet@insa-rouen.fr) pour plus de renseignements ou pour l'envoi de votre candidature.
Categorías: Universidade

Five toe-curling blunders from university marketing teams

Guardian Unlimited: Education - Xov, 09/10/2014 - 12:31

In their endless quest to attract attention, promotional projects sometimes go awry

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Les Échos

Sauvons la recherche - Xov, 09/10/2014 - 12:10

8 septembre 2014

8 septembre 2014

29 aout 2014

27 aout 2014

15 aout 2014

21 juillet 2014

2 juillet 2014

26 juin 2014

18 juin 2014

18 mai 2014

31 janvier 2014

23 janvier 2014

3 janvier 2014

13 décembre 2013

11 décembre 2013

9 décembre 2013

4 novembre 2013

24 octobre 2013

21 octobre 2013

25 septembre 2013

18 septembre 2013

3 septembre 2013
L'éducation face à la révolution des MOOC

Le casse-tête de la rentabilité

5 aout 2013
Geneviève Fioraso : « Autoriser la recherche sur l'embryon humain va nous remettre dans la course internationale »

1 aout 2013
PHILIPpE JAMET, : « Le manque d'ingénieurs est un mythe »

8 juillet 2013
Les discussions entrent dans le dur chez Sanofi Toulouse

28 mai 2013
Enseignement supérieur : la loi Fioraso adoptée à l'Assemblée

L'avertissement sans frais des écologistes

16 mai 2013
Protéger ses inventions oui, mais pas à n'importe quel prix

14 mai 2013
Révolutions en vue dans la cartographie

10 avril 2013
Recherche et investissements : le vivant et la santé attirent les capitaux

8 avril 2013
SANOFI : Une recherche de plus en plus productive

4 avril 2013
Une réforme des universités dictée par le dirigisme

3 avril 2013
Entreprises-recherche : le transfert au cœur de la politique du Geneviève Fioraso

26 mars 2013
Jean-Yves Marzin, un stratège au service du CNRS

25 mars 2013
L'enseignement et la recherche, nos armes pour demain

Etudiants étrangers : ce que prépare Manuel Valls

21 mars 2013
La loi Fioraso en butte au débat sur les moyens

Le projet de loi maintient la délégation de gestion de la loi LRU.

1 mars 2013
Sciences Po : la tâche délicate de Frédéric Mion

Universités : non à une contre-réforme réactionnaire

EXTRAIT : "Squeezé par l'extraordinaire élan donné aux universités à la suite de la politique menée par le président Sarkozy, élan salué par tous les observateurs, "(sic)

Hôpitaux et cliniques critiquent le budget qui leur est alloué

22 février 2013
La formation continue, nouvelle activité lucrative des grandes écoles

Rythmes scolaires : Delanoë s'adresse directement aux parents

21 février 2013
EXCLUSIF Ces ministères qui vont se serrer la ceinture

15 février 2013
Sciences Po : Hervé Crès écarté, 6 candidats retenus

12 février 2013
Chine : fini les universités gratuites

11 février 2013
La réforme Peillon risque de dégrader la qualité de l'enseignement

8 février 2013
Les grandes écoles inquiètes des pouvoirs des universités

3 février 2013
Fioraso veut calmer la grogne des présidents d'université

1 février 2013
Ecole primaire : appel à une grève nationale le 12 février

30 janvier 2013
Gouvernance des universités : soyons cohérents

24 janvier 2013
Direction de Sciences po : le bal des prétendants

15 janvier 2013
Geneviève Fioraso va mettre fin à la gratuité totale des classes préparatoires

10 janvier 2013
Universités : pourquoi le plan Campus reste à la traîne

9 janvier 2013
L'université française, bateau ivre ?

7 janvier 2013
Esther Duflo, une économiste française, va conseiller Obama sur le développement

26 décembre 12
Classements internationaux : les nouveaux espoirs des universités françaises

28 décembre 12
Les écoles de commerce épinglées par la Cour des comptes

24 décembre 12
La fin de l'état de grâce entre Peillon et les syndicats d'enseignants

21 décembre 12
Croissance : toujours aucun signe de reprise à l'horizon

20 décembre 12
Jean-Loup Salzmann nouveau visage des universités

17 décembre 12
Les trois plaies de la recherche française

Notre ambition pour l'innovation

11 décembre 12
Mediator : Jacques Servier mis en examen

23 novembre 12
Pacte de compétitivité : Ayrault souhaite une mise en oeuvre d'ici la fin de l'année

12 novembre 12
Universités : Bouygues emporte le chantier de Bordeaux

9 novembre 12
Compétitivité et université : pour une "orientation positive"

8 novembre 2012
Geneviève Fioraso annonce quinze mesures pour améliorer l'impact économique de la recherche

31 octobre 2012
Sciences Po : la Cour des comptes étudie la pertinence d'éventuelles poursuites

25 octobre 2012
Sciences po veut imposer son nouveau directeur

23 octobre 2012
Jusqu'où monteront les universités chinoises ?

15 octobre 2012
Cédric Villani : « Il faut repenser notre approche de l'enseignement »

8 octobre 2012
La course à la notoriété pousse les chercheurs à la faute

2 octobre 2012
Vincent Peillon : « Il faut faire découvrir l'entreprise et les métiers dès la sixième »

30 septembre 2012
L'incroyable millefeuille de la recherche hospitalière

EXTRAIT : "Les six IHU thématiques sélectionnés par la commission Marescaux en 2011 (trois à Paris, un à Bordeaux, un à Strasbourg et un à Marseille) doivent bénéficier de financements supplémentaires issus du grand emprunt (qui tardent à arriver). "... c'est moi qui surligne. AK ...

21 septembre 2012
La mobilisation contre la fermeture de Fessenheim monte au sein d'EDF

18 septembre 2012
Crédit d'impôt recherche, l'équation impossible

Geneviève Fioraso : « Je souhaite redonner de la lisibilité au paysage scientifique »

Rentrée universitaire : les priorités de la ministre de l'Enseignement supérieur

11 septembre 2012
Les sept chantiers de l'université

Louis Vogel, président de la CPU : « Quatre urgences pour les universités »

Le témoignage d'un étudiant : « L'université innove, mais elle manque encore de moyens financiers »

28 aout 2012
Le gouvernement veut construire 40.000 logements étudiants

24 aout 2012
Le renvoi de fonctionnaires pour refus de mobilité ne sera plus possible

11 juillet 2012
Il faut protéger la science des mauvaises pratiques

29 juin 2012
Un trou de 150 millions d'euros dans le financement des bourses aux étudiants

24 mai 2012
En Espagne, l'inquiétant exode des jeunes diplômés

14 mai 2012
Mediator : les cinq questions clefs du procès

11 mai 2012
Entreprise et université : l'appel de la chaire

3 mai 2012
Affaire Mediator : la nouvelle police du médicament en place

30 avril 2012
Quel modèle pour la recherche universitaire ?

27 avril 2012
« Dans cinq ans, 70 % de la recherche des laboratoires sera externalisée »

23 avril 2012
Campus d'excellence : signatures de trois nouvelles conventions

20 avril 2012
Ecole des projets vraiment opposés

17 avril 2012
Comment le CEA a créé 150 start-up en vingt ans

16 avril 2012
Rentrée 2012 : Peillon annonce 1.000 créations de postes de professeurs des écoles

16 avril 2012
Sanofi signe un partenariat en cancérologie avec l'Institut Gustave Roussy

(IGR)|Sanofi signe un partenariat en cancérologie avec l'Institut Gustave Roussy|Sanofi et l'Institut de cancérologie Gustave Roussy (IGR)|Gilles Vassal, directeur de la recherche clinique de l'IGR

13 avril 2012
L'UE pense à réduire les fonds pour la recherche pour financer Iter

12 avril 2012
Un partenariat public-privé international pour un vaccin thérapeutique contre le sida

Universités : remous à Toulouse et Paris autour des futurs Idex

Après leur échec, les universités de Rhône-Alpes et du Nord à la recherche de la taille critique

2 avril 2012
Les abeilles savent désormais pourquoi elles meurent

Quand la R&D booste la compétitivité

21 mars 2012
L'Espagne confrontée à l'exil de ses jeunes diplômés

Investissements d'avenir : ce que veut faire la gauche

15 mars 2012
L'atout Cifre

14 mars 2012
Olivier Buquen (D2IE) : « La recherche publique est de plus en plus pillée »

12 mars 2012
Pourquoi l'immigration est une chance pour nos entreprises

Recherche publique-privée : Nantes donne le coup d'envoi avec l'institut Jules-Verne

9 mars 2012
Nouveau statut des profs : le vrai projet de Sarkozy

1 mars 2012
Le devenir des futurs bacheliers

29 février 2012
Le médicament n'est pas un produit comme les autres : une campagne enfonce le clou

Comment retrouver les chemins de la croissance

28 février 2012
Doubles diplômes ou comment muscler un CV

Sarkozy renonce à la règle du "un sur deux" en maternelle et primaire

Aventure : le projet "Océanomics" retenu pour le "Grand emprunt"

Fonctionnaires : l'Etat invité à s'inspirer du privé pour mieux gérer les fins de carrière

27 février 2012
L' agriculture à l'heure du produire mieux

20 février 2012
R&D : l'Allemagne creuse l'écart avec la France

18 février 2012
Paris, première ville au monde où il fait bon étudier

13 février 2012
Les bleus à l'âme des hauts fonctionnaires

10 février 2012
La Cour de cassation épingle les forfaits jours de la chimie

9 février 2012
Hollande creuse son sillon sur l'école

8 février 2012
Louis Vogel : « Il faudrait une progressivité des droits d'inscription à l'université »

7 février 2012
Areva et Safran financent une chaire sur les matériaux

6 février 2012
Budget 2012 : Défense et Ecologie, les ministères les plus touchés par les annulations de crédits

EXTRAITS : (...) En outre, la mission recherche et enseignement supérieur a été exemptée de l'effort, de même que la mission travail et emploi, (...)

éducation : le pari anglais des écoles libres L'Angleterre pratique depuis longtemps l'autonomie des écoles publiques, souhaitée par Nicolas Sarkozy. Elle vient même de pousser la logique à l'extrême avec les nouvelles « écoles libres ». Une politique qui est loin de faire l'unanimité...

3 février 2012
Alain Rousset défend le projet de Hollande au Salon des entrepreneurs

La France a choisi ses grands campus universitaires à vocation mondiale

2 février 2012
Santé : les propositions de Hollande

31 janvier 2012
Quand les entreprises créent leurs écoles

Pascale Briand

23 janvier 2012
Les chercheurs britanniques triple A de la productivité scientifique

19 janvier 2012
« La Science ne doit pas faire abstraction de l'humain »

Inserm Transfert Initiative augmente son capital de 33,5 millions d'euros

Les écoles d'ingénieurs en appellent aux entreprises

Opération "école morte" pour dénoncer l'expulsion d'enfants kosovars à Châlons-en-Champagne

Les parents d'élèves veulent peser dans le débat présidentiel

18 janvier 2012
Chatel élargit le système de recrutement des enseignants du dispositif Eclair

17 janvier 2012
Universités : fronde sur les budgets 2012

François Hollande lance des états généraux de la jeunesse

29 décembre 2011
Taxe sur les étudiants étrangers : l'Être et le Guéant

22 décembre 2011
La Cour des comptes critique le plan santé mentale du gouvernement

21 décembre 2011
La recherche reçoit 210 millions d'euros pour ses équipements

18 décembre 2011
Les suppressions de postes 2012 vont toucher la plupart des académies

17 décembre 2011
"Flashmob" pour dénoncer les stages non rémunérés en période de fêtes

EXTRAITS : Affublés de masques, de chapeaux de Père Noël avec des guirlandes autour du cou, une quinzaine de membres du collectif, (...) se sont invités dans la bonne humeur au rayon luxe des Galeries Lafayette, (...) En outre, la loi stipule qu'un stagiaire ne peut être recruté "pour faire face à un accroissement temporaire de l'activité de l'entreprise" ou "pour occuper un emploi saisonnier". En janvier dernier, quelques militants de Génération Précaire avaient investi un autre grand magasin de Paris, Le Printemps, pour protester contre le recours abusif à des stagiaires pendant les soldes d'hiver.

14 décembre 2011
Services publics, on vous aime !

12 décembre 2011
La France casse sa tirelire pour ses chercheurs

EXTRAITS : « Un cinquième de la recherche publique est financé par des sources compétitives. Il convient cependant d'être particulièrement prudent pour ce phénomène qui, d'une part, est limité dans le temps et, d'autre part, se répartit de façon très hétérogène sur le territoire français », indique le rapport de Futuris (*).

L'UPMC renforce ses partenariats industriels

9 décembre 2011
L'Ecole polytechnique reste dans la course aux campus d'excellence

Les candidats aux initiatives d'excellence du grand emprunt ont déposé hier leurs derniers dossiers de sélection. Après quelques remous, l'X a voté à l'unanimité sa participation au projet de Saclay. (...)

6 décembre 2011
Dans les labos du CEA List

29 novembre 2011
Difficultés budgétaires grandissantes pour les universités autonomes

L'autonomie des universités réduite aux acquêts

25 novembre 2011
Le salaire des jeunes enseignants passe la barre symbolique des 2.000 euros brut

21 novembre 2011
Le Sénat veut convaincre qu'une autre rigueur est possible

Les sols français passent au tamis de la science

14 novembre 2011
L'extravagante superpuissance de l'ADN

10 novembre 2011
En déficit lourd, l'hôpital de Lens est mis sous surveillance

9 novembre 2011
Sanofi pourrait supprimer 1.455 postes de R&D

« Aujourd'hui marque une étape importante dans l'évolution de notre R&D vers un modèle plus ouvert et axé sur l'innovation, allant de la recherche au développement précoce, dans lequel les chercheurs de Sanofi s'associeront de plus en plus avec des équipes externes pour plus de coordination et de productivité. »

Le crédit impôt recherche réduirait d'un tiers le coût d'un chercheur

29 octobre 2011
Le nucléaire, atome de discorde, au centre des négociations EELV-PS

19 octobre 2011
Diplômés étrangers : les grandes écoles maintiennent la pression

18 octobre 2011
Fonction publique : le vrai bilan du « 1 sur 2 »

17 octobre 2011
L'usine à gaz de la recherche française

Ecoles : une enquête pointe de fortes inégalités de ressources

6 octobre 2011
Fonctionnaires : pourquoi les effectifs ne baissent pas encore

3 octobre 2011
Menace sur les diplômés étrangers en entreprise

Formation : les pistes de l'Institut Montaigne

Les nanotechnologies, superstars contestées

26 septembre 2011
Education : entre 20 et 54% de grévistes attendus dans le primaire

25 septembre 2011
Le Sénat passe à gauche pour la première fois depuis 1958

22 septembre 2011
Etudiants étrangers : les présidents d'université contre la circulaire Guéant

20 septembre 2011

19 septembre 2011

13 septembre 2011

12 septembre 2011

9 septembre 2011

6 septembre 2011

5 septembre 2011

1 septembre 2011

26 aout 2011

18 aout 2011

lire aussi les commentaires à l'article :

5 aout 2011

4 aout 2011

12 juillet 2011

11 juillet 2011

1 juillet 2011

1 juillet 2011

27 juin 2011

27 juin 2011

23 juin 2011

14 juin 2011

10 juin 2011

10 juin 2011

10 juin 2011

8 juin 2011

30 mai 2011

30 mai 2011

26 mai 2011

24 mai 2011

18 mai 2011

16 mai 2011

13 mai 2011

12 mai 2011

8 mai 2011

5 mai 2011

3 mai 2011

26 avril 2011

19 avril 2011

12 avril 2011

7 avril 2011

1 avril 2011

31 mars 2011

30 mars 2011

27 mars 2011

24 mars 2011

24 mars 2011

21 mars 2011

11 mars 2011

4 mars 2011

23 février 2011

17 février 2011

4 février 2011

21 janvier 2011

19 janvier

14 janvier 2011

4 janvier 2011

3 janvier 2011

30 décembre 2010

27 décembre 2010

23 novembre 2010

8 novembre 2010

10 novembre 2010

7 octobre 2010
Concours : Pécresse met la pression sur les grandes écoles

27 septembre 2010
VALÉRIE PÉCRESSE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Valérie Pécresse : « D'ici à 2012, j'aurai réparé les dégâts de Mai 1968 »

5 aout 2010
La notation des fonctionnaires supprimée au profit d'un entretien annuel renforcé

21 juillet 2010
Pourquoi j'ai aimé l'université !

15 juillet 2010
Les « prépas » attirent moins les bacheliers

13 juillet 2010
Un rapport prône la spécialisation progressive des étudiants

1er juilet 2010
Les députés veulent rogner de 1 milliard le crédit d'impôt recherche

28 juin 2010
Le CNRS renforce sa collaboration avec les facs

25 juin 2010
Universités : la très complexe autonomie immobilière

21 juin 2010
16.000 emplois de moins dans l'Education, stabilité pour l'Enseignement supérieur

17 juin 2010
La loi sur l'autonomie des universités soumise au Conseil constitutionnel

9 juin 2010
L'impossible réforme de l'université italienne

26 mai 2010
Crédit d'impôt recherche : l'effet d'aubaine de quelques grandes entreprises stigmatisé

19 mai 2010
Pécresse veut rapprocher recherche publique et privée

12 mai 2010

3 mai 2010
Grand emprunt : Matignon fixe le calendrier
Les jeunes diplômés de 2009 peinent à trouver un emploi

30 avril 2010
Fonction publique : les précaires devraient pouvoir disposer d'un CDI au bout de 6 ans

22 avril 2010
François Fillon favorable à une ouverture du logement étudiant aux apprentis
Le grand emprunt peut renforcer les liens entre entreprises et universités

15 avril 2010
Partenariat public-privé : un mauvais outil de relance

2 avril 2010
Grand emprunt : Valérie Pécresse fixe les règles
Le CNRS adopte la culture du partage avec l'université

24 mars 2010
Mobilisations : les syndicats satisfaits de leur tour de chauffe

17 mars 2010
Crédit d'impôt recherche : radioscopie des contrôles fiscaux

10 mars 2010
Les grandes écoles veulent attirer trois fois plus d'étudiants étrangers
les investissements étrangers ont tenu le choc mais ont moins créé d'emplois

mars 2010
Au CNRS, les femmes revendiquent le pouvoir

5 mars 2010
Le remboursement anticipé du crédit d'impôt recherche pérennisé pour les PME

3 mars 2010
Industrie : pas d'extension du crédit d'impôt recherche à l'innovation
La réforme de la formation des enseignants compliquera la prochaine rentrée

1er mars 2010
Centrale Paris, meilleure école entrepreneuriale
Maladies rares : patients et chercheurs s'unissent
Les entreprises attendent plus de diversité des grandes écoles

19 février 2010
Les entreprises continuent de se méfier des formations littéraires
Le Parlement veut recentrer le crédit d'impôt recherche

18 février 2010
Les bibliothèques universitaires profiteront du grand emprunt

16 février 2010
Pour que l'argent du grand emprunt profite vraiment à l'innovation

10 février 2010
Les universités parisiennes se mettent en ordre de bataille pour le grand emprunt

8 février
De 45.000 à 50.000 précaires dans le supérieur et la recherche

2 février
Dauphine augmente ses frais de scolarité

19 janvier 2010
Boursiers : les grandes écoles se rallient à l'objectif gouvernemental

16 décembre 2009
Bras de fer autour de la future formation des enseignants
Hôpital : menace de démission massive des médecins franciliens

15 décembre
Qui va gérer le capital des universités ?

10 décembre 2009
Recherche : nouvelle alliance pour lutter contre le réchauffement climatique

12 novembre 2009
Grandes écoles : Pécresse veut 30 % de boursiers

10 novembre 2009
Quand les classements règnent en maîtres

27 octobre 2009
Les universités interrogent leurs diplômés sur leur insertion professionnelle

25 septembre 2009
En 2009, le crédit d'impôt rechercheprofite à près de 11.000 entreprises

25 juin 2009

10 juin 2009

9 juin 2009

8 juin 2009

5 juin 2009

4 juin 2009

2 juin 20009

29 mai 2009

28 mai 2009

26 mai 2009

25 mai 2009

22 mai 2009

20 mai 2009

19 mai 2009

18 mai 2009

15 mai 2009

14 mai 2009

13 mai 2009

11 mai 2009

8 mai 2009

7 mai 2009

6 mai 2009

5 mai 2009

4 mai 2009

3 mai 2009

30 avril 2009

28 avril 2009

24 avril 2009

22 avril 2009

20 avril 2009

17 avril 2009

16 avril 2009

15 avril 2009

7 avril 2009

6 avril 2009

5 avril 2009

2 avril 2009

26 mars 2009

25 mars 2009

19 mars 2009

18 mars 2009

14 mars 2009

13 mars 2009

12 mars 2009

10 mars 2009

9 mars 2009

6 mars 2009

5 mars 2009

4 mars 2009

2 mars 2009

26 février 2009

25 février 2009

24 février 2009

19 février 2009

18 février 2009

15 février 2009

13 février 2009

12 février 2009

11 février 2009

10 février 2009

5 février 2009

4 février 2009

3 février 2009

2 février 2009

1er février 2009

29 janvier 2009

27 janvier 2009

23 janvier 2009

22 janvier 2009

20 janvier 2009

19 janvier 2009

15 janvier 2009

14 janvier 2008

11 janvier 2009

8 janvier 2009

1er janvier 2009

-*Au 1er janvier, vingt universités deviennent autonomes

En visite en Finlande, Chatel prépare la rentrée et 2012

Categorías: Universidade

#Bellogate trends after pranksters target UCL students' email

Guardian Unlimited: Education - Xov, 09/10/2014 - 11:38

Students take to Twitter after being subjected to thousands of spam messages from membership lists and porn sites

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

I. Jablonka, L'Histoire est une littérature contemporaine

Fabula - Xov, 09/10/2014 - 11:10
Ivan JablonkaL'Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences socialesSeuil, "La Librairie du XXIe siècle", 2014EAN: 9782021137217 352 pagesPrix: 21.50 €Présentation de l'éditeur:L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire.Concilier sciences sociales et création littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer. L’histoire est d’autant plus scientifique qu’elle est littéraire.Réciproquement, la littérature est compatible avec la démarche des sciences sociales. Les écrits du réel ? enquête, reportage, journal, récit de vie, témoignage ? concourent à l’intelligibilité du monde. Ils forment une littérature qui, au moyen d’un raisonnement, vise à comprendre le passé ou le présent.Des sciences sociales qui émeuvent et captivent ? Une littérature qui produit de la connaissance ? Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s’ouvre. (I. J.)Éditeur et écrivain, Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université Paris 13. Ce livre fait suite à Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus , publié au Seuil dans « La Librairie du XXIe siècle » (2012), qui a reçu le prix du Sénat du livre d'histoire, le prix Guizot de l’Académie française et le prix Augustin-Thierry des Rendez-vous de l’histoire de Blois.
Categorías: Universidade

Páxinas