Universidade

Was your student loan worth it?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 12:22

The Commons business committee has said the entire student loan system is nearing a point where it is financially unworkable. Did your university experience match up to the cost of your student loan?

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Travel tips for teachers: destination and activity advice

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 11:50

How will you be enjoying the school holidays? We asked our Twitter followers for their advice on how to make the most of the summer here's what they said

Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Can drugs deliver peak learning performance?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 11:50
Drugs designed to treat narcolepsy and ADHD have been found to increase students' desire and ability to learn. Should we be dosing up to enhance our language skills? Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Should academics adapt their teaching for international students? live chat

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 11:45
Sponsored Q&A: From curriculum design to a 'catchup' year for overseas students, join our online discussion on 25 July from 12-2pm BST Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Mala ciencia

Paquidermo - Mar, 22/07/2014 - 11:03

 

:: Llewllyn Hinkes-Jones ::

Las políticas de investigación en el marco del libre mercado han desatado la charlatanería médica y el fraude científico, forzando a los consumidores a pagar de más sobre los descubrimientos que como contribuyentes financiamos.

Mientras podemos decir con certeza que aún existe un núcleo de ciencia prestigiosa, reproducible y respetable, este se encuentra rodeado por una nube de inexactitudes y artimañas. Descubrimientos que entusiasman, como posibles curas para el cáncer, son tragados y regurgitados por una prensa desesperada de contenido pero reacia o incapaz de descifrar las falsas informaciones, la metodología equivocada y las estadísticas erróneas usadas para conseguir los resultados. El entendimiento que el público tiene de temas controversiales como los organismos genéticamente modificados o los disruptores endocrinos, es confundido por la publicación de estudios inexactos que apoyan a alguno de los bandos en disputa. Esas historias son luego transformadas en “dietas de moda” de corta duración y temores por riesgos para la salud, tal y como los que vinculaban el autismo con la vacunación en el nacimiento.

Aquellos resultados que se producen y publican rápidamente son más propensos a ser inexactos. Hacer ciencia de forma adecuada toma tiempo, pero refutar ciencia errónea toma todavía más. Por ejemplo, una reciente prueba genética para el autismo que tomó nueve meses descartar, solo requirió de tres días para ser aprobada y enviada a imprenta. En ese lapso de tiempo, es probable que pocos de aquellos que oyeron la emocionante noticia se enteraran de la decepcionante corrección. Cuando un artículo que habla del descubrimiento de una prueba genética de longevidad es publicado con bombos y platillos, inmediatamente inspira una pequeña industria para proveer exámenes de longevidad. Cuando este artículo es retractado –no por fraude o mala conducta sino por una aproximación deficiente- esas pruebas genómicas no necesariamente desaparecen de la noche a la mañana. Sobreviven en una economía de “mercado gris” que lucra de la falta de conocimiento del público con respecto a la actualidad en la investigación científica.

La privatización de la investigación académica no solo entorpece el proceso científico, también significa que la corrupción directa -cuando los científicos son sobornados por industrias privadas para engañar al público con respecto a toxinas en la comida o a contaminación del aire- tiene más oportunidades de seguir adelante. Investigadores desesperados por conseguir fondos para mantener sus posiciones y continuar con su trabajo son más propensos a ser financiados por industrias deseosas de distorsionar la ciencia a su antojo. Solo impulsa los perversos incentivos del libre mercado para beneficiarse de lo que una vez fueron instituciones públicas. Cuando el riesgo para la salud por el efecto cancerígeno de los químicos ignífugos puede ser distorsionado por una industria ávida de hacer dinero a partir de su proliferación, la ciencia deja de trabajar en función del interés público. Eventualmente, el enfoque basado en el mercado que se le da a la investigación académica deja de tratarse de ciencia y se trata ahora de atraer atención y dinero bajo un brillo de investigación científica.

Si hay algo en el enfoque neoliberal de la investigación académica, es un retorno a los origines del sistema universitario privado, anterior a la titularidad[*], cuando numerosas escuelas eran sencillamente los laboratorios de investigación y brazos promocionales de la industria privada, en lugar de instituciones de conocimiento haciendo avanzar la ciencia en beneficio del interés público. En ese entonces, los profesores trabajaban a instancias de los donantes y la junta directiva. Podrían ser fácilmente despedidos si se mostraban críticos o si publicaban investigaciones que afectaran los beneficios de la escuela y sus donantes. Apoyar los derechos laborales, abogar por políticas socialistas, creer en la evolución, luchar contra la esclavitud o informar al público de las consecuencias tóxicas de los vapores nocivos de la fundición de cobre podría haber significado un despido inmediato.

Con titularidad y financiamiento público, los investigadores pueden hablar libremente y enfocarse en temas que eviten proposiciones corto-plazistas basadas en el consumidor y la generación de dinero. Avances que quizás no tengan el potencial de generar ganancias inmediatas podrían desarrollarse sin la constante necesidad de publicar o perecer.

——–

Artículo aparecido originalmente en Jacobin. Traducción de un extracto del artículo completo por Ignacio Arroyo para Paquidermo.

* Nota de los editores: Titularidad o también propiedad traduce el término inglés tenure, que le otorga al profesor universitario un contrato indefinido (generalmente para toda la vida) con la universidad y con ello plena autonomía docente e investigadora.

B. Cany, Renaissance du philosophe-artiste. Essai sur la révolution visuelle de la pensée

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 10:35
Référence bibliographique : B. Cany, Renaissance du philosophe-artiste. Essai sur la révolution visuelle de la pensée, Hermann, 2014. EAN13 : 9782705688875. 166 p. Prix 18 €Prix de souscription (14,50 €) proposé jusqu'à date de parution, voir le site de l'éditeurPrésentation de l'éditeur:Ce livre repart de la notion nietzschéenne de « philosophe-artiste » pour s’en désolidariser aussitôt. Certes, la philosophie-artiste, qui se caractérise par l’indissociabilité de la pensée et de la vie et par l’hétérogénéité de ses discours, est le mode mineur du philosopher depuis Platon. Mais, à sa conception musicale encore partagée par Nietzsche, l’auteur oppose une conception visuelle de la pensée, qui prend sa source conceptuelle dans l’œuvre de Giorgio de Chirico, inventeur de la peinture métaphysique.Dans un second temps, ce livre esquisse une série de perspectives de recherches visant à déployer le concept de philosophie-artiste dans toutes ses dimensions : la primauté de « la narration philosophique », avec J.-P. Faye ; le cadre posé par « le théâtre de la pensée », avec Platon et Nietzsche ; la pragmatique de « l’image totale », avec Eisenstein et Artaud, ce dernier permettant, en plus, au théâtre de la pensée une sortie de la métaphore…Enfin, en guise de conclusion, l’auteur propose que la poésie, repensée à l’aune de l’éthno-poésie et des dialogues transculturels, soit la terre d’élection de cette nouvelle conceptualité de la pensée visuelle libérée de la pesanteur de la technique et des appareils.
Categorías: Universidade

L’Esprit Créateur : Haïti par-delà les commémorations

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 10:27
APPEL À PUBLICATION ( numéro spécial dans la revue L’Esprit Créateur )Titre: HAÏTI PAR-DELÀ LES COMMÉMORATIONS / HAITI BEYOND COMMEMORATIONS Ce numéro spécial de la revue L’Esprit Créateur se propose d’explorer selon des approches multiples le domaine des études haïtiennes en allant au-delà des limites chronologiques d'un siècle à l'autre. Car, en dépit de la popularité de la Révolution haïtienne, intensifiée par le tremblement de terre dévastateur en 2010, il semble que de vastes sous-champs (notamment dans la littérature, l'histoire, l'anthropologie, la culture et la langue) sont toujours sous-exploités. Certains chercheurs ont eu le courage de concéder que le principal obstacle au développement de nouvelles approches heuristiques dans les études haïtiennes serait lié à une trop forte concentration des enjeux interprétatifs et une saturation des sujets de débats. Force est de constater que tout ce qui est dit dans l’effervescence des commémorations se répète indéfiniment. Comme se lamentait Michel de Montaigne en son temps, « nous ne faisons que nous e ntregloser » sur une poignée d’événements.Sans minimiser ou, pire encore, falsifier ce qu’il y a de bon dans les actes commémoratifs, il serait toujours bon de situer par exemple un contexte élargi pour comprendre le caractère d’un fait historique aussi singulier que 1804. Il s’agirait de décantonner sciemment l’exploration critique de l’avènement de la première république noire en face des puissances esclavagistes et de l’ensemble des épiphénomènes qu’elle a engendrés dans le cadre des réseaux transatlantiques et interaméricains. Toute l’histoire d’Haïti (incluant la longue période saint-dominguoise) a connu beaucoup d’autres relais antérieurs qui méritent d’être examinées selon ces mêmes principes d’interrelation. Certaines données sur l’esclavage, la famille, la citoyenneté et la race dans la colonie pendant la période des Lumières proprement dite (plus exactement dans la première moitié du XVIII e siècle) ne sont connues que des experts en la matière; c’est un terrain qui a besoin d’être déblayé sur le plan synchronique. Le genre de travail collectif que nous proposons, sans une niaise prétention de réinventer la roue, visera à ouvrir sereinement la discussion sur d’autres dispositions critiques. D’où l’idée d’une aventure interprétative moins empreinte de docilité herméneutique, un geste d’excavation qui n’aurait pas peur d’exhumer les archives rares, de faire valoir l’inédit haïtien sous toutes ses formes, d’imaginer des relations d’influence imprévisible et risquer des associations philosophico-politiques sur des documents plus souvent cités que réellement lus.L’orientation de ce volume sera surtout animée d’un effort de désencombrement théorique et historique. Mais nous sollicitons de façon indiscriminée des réflexions épistémologiques, philosophiques et historiques sur des objets textuels variés qui ne relèvent pas d’une même période précise. Nous plaidons pour réintroduire d’autres espaces de questionnement, d’autres problématiques discursives, d’autres protagonistes méconnus, d’autres facettes de l’histoire de la littérature haïtienne, sinon d’autres sous-domaines qui auraient été déjà effleurés.En d’autres mots, l’éditeur de ce numéro sur Haïti souhaiterait voir les contributions embrasser sans parti pris idéologique tous les matériaux historiques et culturels qui sont échelonnés sur trois siècles. Une légère préférence serait peut-être accordée au «XIX e siècle haïtien», où se manifeste très concrètement la formation d’une pensée ouverte à l’universel, où il est loisible de fouiller dans la masse des œuvres haïtiennes qui se trouvent à cheval entre la littérature, l’histoire, la philosophie politique et l’anthropologie. L’unique fil directeur serait de réunir un ensemble d’études interdisciplinaires portant sur les rapports croisés de l’état d’esprit moderne et des enjeux propres à Haïti (sans exclure Saint-Domingue) au-delà des liens trop prévisibles, au-delà des dates historiques qui reviennent trop facilement et surtout au-delà des noms des détracteurs comme Hegel ou Gobineau que l’on impose comme des figures incontournables. Faire valoir d’autres facettes auxiliaires de l’histoire ou même la préhistoire d’Haïti en introduisant par exemple sur sa trajectoire littéraire d’autres relations de connaissance qui avaient été tissées dès les Lumières, en marge de plusieurs disciplines anthropologiques: c’est le seul mot d’ordre. Nous espérons attirer et accueillir des essais universitaires inédits, des travaux d’érudition ou de réflexion critique qui seraient débarrassées, dans la mesure du possible, du regard pétrifiant de toute méduse dialectique.Les intéressé(e)s peuvent proposer un sujet avant le 15 septembre 2014, ou soumettre directement leur manuscrit (en anglais ou en français) en pièce jointe d'un mail avant le 1 e février 2015, à Daniel Desormeaux (ddd@uchicago.edu).
Categorías: Universidade

Bourses Fernand Braudel IFER

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 10:19
La Fondation Maison des sciences de l’homme et ses partenaires offrent des bourses de recherche postdoctorale en sciences humaines et sociales d’une durée de 9 mois dans le cadre de son programme « Fernand Braudel-IFER » (International Fellowships for Experienced Researchers), soutenu par la Commission européenne (Programme Action Marie Curie – COFUND – 7ème PCRD).Attention ! Il s’agit du dernier appel de ce programme de bourses Fernand Braudel-IFER
Categorías: Universidade

Birmingham schools 'feel like the Balkans', says Labour

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 10:11
Liam Byrne says city needs to move on after 'Trojan horse' affair and tells Nicky Morgan to not repeat 'divisive rhetoric' of Gove Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Academics: would you teach in China?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 09:55
Opportunities to work in China are growing, but expect to adapt your approach to teaching and research Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Leopardi, Chansons/ Canzoni (J.-Ch. Vegliante, éd.)

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 09:21
Giacomo Leopardi, Chansons / CanzoniTraduites de l'italien par le centre de recherche CIRCÉ (Paris 3)Sous la direction de Jean-Charles VEGLIANTEParis : Éditions du Lavoir Saint-Martin, coll. "Poésie", 2014.EAN 9782919749195Prix 25EURPrésentation :Giacomo Leopardi d'avant CHANTS, en "jeune écrivain de province" combatif, ironique, savant et naïvement sincère, lyrique et désabusé, dramatiquement clairvoyant, familier, rebelle, en un mot toujours du côté de la vie.Avec leurs notes originales, de grands textes réputés intraduisibles.Centre de recherche CIRCE / Paris 3 / dirigé par Jean-Charles VEGLIANTE
Categorías: Universidade

J. Baechler & J.-V. Holeindre (dir.), Guerre et politique

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 09:19
Guerre et politiqueSous la direction de Jean Baechler et Jean-Vincent HoleindreParis : Hermann, coll. "L'Homme et la Guerre", 2014ISBN 9782705688813298 p.Prix 32 €Prix de souscription (27,50 €) proposé jusqu'à la date de parution, voir le site de l'éditeurPrésentation de l'éditeur:Faire de la guerre un sujet central des sciences de l'homme et de la société, et le faire de telle manière que soit inauguré un courant de pensée et de recherche original et fécond sur le long terme, tel est l’objectif de cette collection d’ouvrages qui reprennent les Actes de colloques et de journées d’étude, organisée, sous la direction de M. Jean Baechler, par l’Académie desSciences morales et politiques, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca de l’Institut de France.Dans ce premier livre, il convenait de préciser la place et le lieu de la guerre dans le dispositif humain et, pour ce faire, de montrer qu'elle est, d'abord et de part en part, un phénomène qui relève du politique, en un sens encore plus profond, s'il est possible, que l'apophtegme célèbre de Clausewitz de la guerre comme continuation de la politique par d'autres moyens. Si la paix par la justice est la fin du politique, alors le politique s'exerce sur deux espaces distincts. L'un est intérieur, où des dispositifs et des procédures appropriés favorisent la résolution des conflits sans le recours à la violence. L'autre est extérieur, où au moins deux espaces de pacification tendancielle se rencontrent au risque de succomber à des conflits violents, faute des dispositifs et des procédures idoines : la guerre y est virtuelle. Depuis au moins dix mille ans, l'humanité est soumise aux contraintes de ces deux espaces. Sont ainsi examinés successivement le concept de guerre, les types de guerre, la guerre et la construction politique, les régimes politiques et la guerre, la guerre et les logiques politiques.Ouvrage publié dans la collection L'Homme et la guerre, une collection de l'Académie des sciences morales et politique
Categorías: Universidade

Journée d'études : "1914"

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 09:14
Journée d’études doctorants à l’Université d’Angers – 12 novembre 20141914Un siècle s’est écoulé depuis 1914. La transmission de la mémoire a gardé étonnamment proches de nous les événements de cette année et de celles qui l’ont suivie. Pourtant 100 années – ou quatre générations – ont passé. Il est toujours symbolique de s’intéresser aux comptes ronds, mais c’est aussi l’occasion de prendre la mesure de la distance. Si la guerre que l’on a nommée «Première Guerre Mondiale», ou «Grande Guerre» est évidemment l’événement qui isole 1914 de la chronologie, ou plutôt la période 1914-1918, nous avons souhaité par cette journée d’études replacer cette année dans une continuité : la soulager d’une part du poids exclusif d’année de la déclaration de guerre, et la considérer dans une évolution tant historique qu’artistique, littéraire, géographique, économique ou culturelle.A première vue, 1914 est une année contrastée: ancrée dans une période rétrospectivement jugée comme heureuse, et nommée a posteriori la «Belle Epoque», 1914 en signe également la fin. La richesse culturelle de la période antérieure semble produire un contraste fort avec l’âpreté des années qui la suivent. Mais nous avons voulu prendre du recul sur ces reconstructions chronologiques qui sont pour l’essentiel élaborées après la guerre et s’inscrivent surtout dans un contexte français.Comment parler de 1914 sans faire la part du lion à la déclaration de guerre, à la genèse des tensions diplomatiques qui affectent l’Europe centrale et les puissants empires coloniaux d’alors? Comment parler de 1914, aussi, sans tomber dans la caricature d’une année qui serait la fin d’une époque, le tournant de la modernité, l’avènement d’un monde nouveau? L’approche que nous avons choisie se veut factuelle, critique et interdisciplinaire. A travers cette journée, nous souhaitons poser un regard critique sur des témoignages de natures diverses.Et pour témoigner de la complexité d’une période, même restreinte à une seule année, il s’agit d’envisager des points de vue aussi diversifiés que possible. La condition sociale est une première approche: à travers le prisme des femmes, des enfants, de la famille, des mondes du travail, on révèle une première image de la société dans ses acteurs les plus nombreux. Mais l’époque est aussi au rayonnement culturel et intellectuel, à la tribune journalistique, au militantisme, et plus encore avec la préparation de la guerre. La littérature fournit ainsi de nombreux exemples d’artistes, engagés ou non, en France et dans d’autres pays, belligérants ou non. Les thèmes du pacifisme et de l’antimilitarisme pourront être abordés, tout comme ceux du patriotisme ou de la conscience nationale. A la littérature de propagande, qui met en œuvre un "bourrage de crâne" nationaliste que dénoncera Julien Benda dans La trahison des clercs , s'oppose en effet une palette de textes qui déclinent différentes postures face à la guerre. Dès 1914, Romain Rolland est l'un des premiers à jouer le rôle du dissident en publiant Au-dessus de la mêlée , pour battre en brèche le conformisme belliciste. L'union sacrée des écrivains reste donc relative, et les interprétations de la guerre se révèlent très vite multiples, que l'on pense aux lectures mystiques de nombreux écrivains catholiques comme Léon Bloy ou à l'exaltation de la puissance régénératrice de la guerre par les futuristes, qui considèrent la guerre comme le paradigme de la modernité. Qu'ils soient au feu ou à l'Arrière, tous les grands écrivains de l'époque apportent leur témoignage, leur vision de cet événement inouï, du médecin des tranchées Georges Duhamel, qui publiera Vie des martyrs 1914-1916, à Proust dans Le Temps Retrouvé , d'Henri Barbusse ou Roland Dorgelès au normalien Maurice Genevoix qui écrira Ceux de 14 . La notion de témoignage mérite toutefois d'être interrogée, comme l'a montré Jean Norton Cru dans son ouvrage de référence, Témoins , en proposant une classification des récits en fonction de leur plus ou moins grande fiabilité, du degré de réécriture qu'ils opèrent. Les textes écrits après la guerre, mais qui consacrent plusieurs chapitres à 1914, trouveront également toute leur place dans cette journée, par exemple Les Cloches de Bâle d'Aragon ou 14 de Jean Echenoz.A travers ces questions, on peut envisager le rapport qu’entretient la société française de 1914 à son passé, par exemple les pertes territoriales consécutives à la guerre de 1870. Ces mêmes pertes engendrent une réflexion sur la «nationalité» au sens propre, et sur celle des frontières. Sur le thème du nationalisme, le passé récent des Français de 1914, c’est aussi l’affaire Dreyfus et les effets qu’elle produit sur l’ensemble du corps social. Si le jeu politique est travaillé par les tensions diplomatiques – et les nationalismes le prouvent – la plupart des questions soulevées ci-dessus peuvent l’être dans une perspective transnationale. Nous souhaitons aussi que ces témoignages-là puissent s’exprimer. Et finalement, par un jeu de miroirs, s’interroger sur cette perception qu’ont les Français – comme tous les Européens entrainés dans le conflit, voire les peuples du monde – de leur passé, invite aussi à s’interroger sur la façon d’étudier et d’enseigner 1914 jusqu’à nos jours. Le degré d’implication de chacun dans la guerre, la façon dont chaque peuple s’est senti directement concerné ou non par le conflit, les conséquences que celui-ci a pu avoir, suscitent des interprétations différentes de cet événement. Comment par exemple un pays neutre comme la Suisse perçoit-il et reçoit-il le conflit? Comment la neutralité peut-elle se construire et se justifier? Quelles tensions cette neutralité a-t-elle pu nourrir dans la sociétésuisse? Qu’en est-il aussi des colonies des nations engagéesau front? Leur participation modifie-t-elle la perception que la métropole en a? Comment construire le récit de leur engagement dans un monde post-colonial, une fois leur indépendance acquise? Comment analyser et présenter leur participation au conflit? Autant de questions qui permettent d’aborder la guerre par le côté, par ceux qui ne sont pas engagés, par ceux qui le sont en vertu d’une autorité lointaine, par ceux aussi qui font entendre une autre voix au sein même des Etats belligérants.Cette journée d’études sera aussi l’occasion pour les participants de présenter au public une affiche qui sera exposée dans le hall de la Maison des Sciences Humaines. Il est ainsi demandé à chaque participant de préparer un document au format A2, présentant leur communication par quelques mots-clés et plusieurs illustrations, en suivant la maquette jointe à cet appel. Toutes les affiches seront ensuite imprimées par le comité d’organisation. Un modèle illustré est également à la libre disposition des participants par simple demande à l’adresse suivante: je.doctorant1914@gmail.comLes propositions de communication (résumé de 250-300 mots pour une communication de 20 minutes) sont à envoyer au plus tard le20 septembre 2014Elles sont à adresser par courriel à l’adresse je.doctorant1914@gmail.comNB: seuls les doctorant-e-s sont invité-e-s à communiquerUne publication dans un numéro Hors série de la revue TraverSCE est également prévue.Comité scientifiqueMme Chadia Arab, chargée de recherche – ESO-Angers UMR CNRS 6590Mme Carole Auroy, professeure en littérature française du XXème siècle à l’Université d’Angers – EA CERIECM. Yves Denéchère, professeur en histoire contemporaine à l’Université d’Angers – CERHIO-Angers UMR CNRS 6258Mme Olga Galatanu, professeure émérite en sciences du langage à l’Université de NantesComité d’organisationAnaïs Boulard, doctorante en littérature comparée (EA CERIEC)Benjamin Buisson, doctorant en histoire contemporaine (UMR CERHIO)Géraldine Dolléans, doctorante en littérature française (EA CERIEC)Antoine Godet, doctorant en histoire contemporaine (UMR CERHIO)Floris Taton, doctorante en histoire contemporaine (UMR CERHIO)Maria-Lucia Toma, doctorante en littérature du XXème siècle (EA CERIEC)
Categorías: Universidade

Ecologie et Littérature pour la jeunesse (Ecolije)

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 09:08
É cologie et Littérature pour la Jeunesse(É colije)Journées d’études, Université du Maine, 3L.AMLes 18 et 19 juin 2015Organisateurs: Nathalie Prince et Sébastian ThiltgesDans le cadre du « défi scientifique» du projet régional «EcoLitt», deux journées d’études sont organisées autour de la question des liens entre la littérature pour la jeunesse ET l’écologie. Que vient faire l’écologie dans cette littérature pour les enfants et adolescents? Qu’apporte-elle? Que leur apporte-t-elle?Une première approche, diachronique, permettra d’entrevoir les rapports entre la littérature de jeunesse et l’écologie. Si nous souhaitons avant tout nous intéresser aux fictions contemporaines, nous aurons également à cœur de jeter un regard rétrospectif sur l’histoire littéraire de l’écologie pour voir comment les genres émergents (écofictions, fantasy ) puisent dans la tradition des bestiaires, des fables, des contes merveilleux et autres robinsonnades. L’héritage de Rousseau pourra être souligné, mais encore celui des romantiques comme Arnim, Brentano, Hoffmann, mais aussi George Sand ou Charles Nodier. Il s’agira notamment de revenir aux racines d’un discours écologiste à destination des enfants: comment y conçoit-on la nature? Et la vie? Le respect de celles-ci? Nous nous demanderons où la prégnance écologique, que l’on peut observer dans les textes contemporains «pour» la jeunesse (science-fiction, albums engagés, bande dessinée, romans d’aventures, etc.), prend sa sourceet si l’on peut dater son apparition.Une seconde approche, synchronique, permettra de croiser des perspectives thématiques, poétiques ou encore philosophiques. On peut imaginer en effet que cet écologisme importé dans la littérature de jeunesse engage un certain nombre de procédés littéraires originaux, de thèmes et de points de vue singuliers. Dans cet objectif, certaines contributions pourront se resserrer sur un «éco-motif» particulier, par un effet de loupe (une fleur, un arbre, un insecte) ou dans un mouvement plus vaste (le lac, la forêt, la montagne, la mer), ou sur un «éco-thème»: les marées noires, la déforestation, le changement de climat, les espèces en voie de disparition, etc. Plus largement encore, il pourra être fructueux d’interroger certaines répétions esthétiques et narratives des écritures pour la jeunesse et leur rencontre avec l’intérêt moderne pour le naturel en soi. Pourquoi les enfants s’intéressent-ils à Robin des bois ou à Pinochio, petit morceau de bois animé? Pourquoi cet élan vers la Reine des Neiges ou vers les crapauds plus ou moins enchanteurs? Qu’est-ce qui explique le succès de Yok-Yok , l’homme- champignon d’Etienne Delessert, ou de Tistou les pouces verts , de Maurice Druon? Nombreux sont les textes qui plongent au cœur même de la nature, dans des univers miniaturisés, comme les microcosmes des minuscules (Roald Dahl) ou des poucets et des poucettes, qui se présentent comme des lieux imaginaires de «surnature», au sens d’une nature exagérée. Cette réduction du monde autorise des considérations intimistes sur la nature et permet d’observer sous un angle inédit les problèmes environnementaux, comme chez Christian Voltz ( C’est pas ma faute ). Vus d’en basou de dessous, vus de l’intérieur, ce bestiaire et cette flore sont surtout vus loin des hommes, c’est-à-dire loin des adultes. N’oublions jamais que l’enfant n’est pas un lecteur comme les autres.À partir d’exemples précis empruntés aux albums les plus récents, on pourra se demander si ces animaux qui parlent ou ces homoncules – qui poursuivent d’une certaine manière la tradition romantique du bestiaire et de la flore fantastiques – peuvent de façon privilégiée dire la préoccupation environnementale. Or, s’agit-il d’ailleurs de dire ou d’exprimer seulementcette préoccupation? La littérature de jeunesse n’est-elle là que pour transmettre un message de l’adulte à l’enfant? D’enseigner un drame, ou une menace écologique? De lui apprendre des comportements? Ces interrogations engendrent de nouvelles questions: comment la pensée écologique, ses inquiétudes et ses fondements, peut-elle être proposée à l’enfant par le biais d’une littérature souvent très simple? Comment cette littérature fait-elle le pari de sensibiliser en racontant des histoires? Notons ainsi que le rôle de la fiction nous pousse au choix méthodologique d’écarter définitivement du corpus tous les ouvrages «documentaires» écrits pour la jeunesse à destination des enfants.Avec ce type de problématique, ces journées pourront alors être l’occasion d’entendre des philosophes, des psychologues, des pédagogues ou des sociologues réfléchir à une morale du développement durable, avec des sous-questions du type: faut-il inquiéter les enfants? Les raisonner? Les responsabiliser? Ce sera aussi l’occasion d’interroger l’écologie et sa face éthique: cette modernité de la problématique écologiste ne reprend-elle pas des gestes plus anciens, voire plus archaïques de la littérature de la jeunesse, notammenten cherchant à faire de l’enfant un futur adulte responsable? L’enfant, un être coupable ou durable? Si on ne vise dans l’enfant que le petit adulte, n’est-ce pas là une manière néo-victorienne de faire de la littérature de jeunesse? Une manière contraignante, moins verte que grise? Mais on pourra aussi se demander si cette éco-éthique n’inverse finalement pas en profondeur la littérature de jeunesse: il ne s’agirait pas tant de considérer en l’enfant le futur adulte que de profiter de l’enfant pour changer les adultes… Si, par le biais de la littérature de jeunesse, l’enfant est éduqué à éduquer , quelles sont, concernant le discours environnementaliste, les raisons, les modalités et les fonctions de ce renversement?On pourra encore souligner les liens consubstantiels des problématiques environnementales et de la littérature de jeunesse: n’est-il pas naturel que l’écologie, comme souci des générations futures, s’intéresse aux plus jeunes? Le panthéisme de Peter Pan ne souligne-t-il pas justement cette harmonie entre l’enfance et l’intime nature? Soit l’écolittérature de jeunesse continue une tradition littéraire en moralisant l’enfant, en le responsabilisant, en l’adultérant; soit l’écolittérature de jeunesse inverse cette même tradition en profitant de l’enfant pour changer l’adulte, un adulte futur.Enfin, on pourra considérer avec plus d’ironie cette harmonie de la problématique environnementale et des littératures de jeunesse et rappeler comment Emmanuel Levinas dénonce dans Difficile Liberté le discours écologiste et son «infantilisme idolâtre». Cette harmonie n’est-elle pas le signe d’une rencontre entre une pensée simple et une littérature simple? L’«écolije» relève-t-elle d’une pensée simpliste pour une littérature simplette? La question véritable ne serait pas tant de se rapprocher de la nature, de retrouver le monde, que de fuir les hommes et les adultes. Quelle(s) leçon(s) transmet alors la littérature de jeunesse?Toutes ces pistes, volontairement ouvertes, permettront de revenir sur les audaces expérimentales de la littérature pour la jeunesse qui travaille beaucoup sur la question du support. Dans Justine et la pierre de feu de Marcus Pfister, le livre coupé en deux au milieu des pages est conçu avec deux dénouements: si vous voulez que l’histoire finisse bien / si vous voulez que l’histoire finisse mal… Il y a des façons spectaculaires de montrer le désastre écologique aux enfants, grâce aux pop-up qui sont de véritables mondes en devenir, à l’instar de Dans la forêt du paresseux d’Anouk Boisrobert et de Louis Rigaud (ill.), ou grâce aux romans pour adolescents (voir Christian Chelebourg, Les écofictions , 2012). Il s’agira donc aussi, durant ces journées, de dessiner les contours de l’écopoétique à destination des enfants.Pour donner une cohérence à ces journées et resserrer le corpus vers des champs encore peu, voire pas du tout explorés par la critique actuelle, on travaillera surtout sur des œuvres issues de la littérature européenne – choix qui représente l’un des paris de ce projet «EcoLitt» – et on privilégiera les corpus comparatistes pour souligner des retards, les contradictions ou les inventions d’une culture à l’autre dans le vaste champ de l’écologie.N.B. Il s’agit bien sûr de travailler aussi bien sur les ouvrages écrits «pour» la jeunesse que sur tous les textes «annexés» par la littérature dite de jeunesse, c’est-à-dire ceux qui n’étaient pas forcément destinés à la jeunesse et qui ont trouvé leur place dans des collections pour la jeunesse. Les contributions (environ 2500 signes espaces compris) sont à renvoyer à Nathalie Prince ( nathalie.prince@bbox.fr ) et à Sébastian Thiltges (ecolije@gmail.com) avant le 1 er novembre 2014.Responsable:Nathalie Prince, 3L.AM, Université du MaineComité d’organisation:Nathalie Prince, Professeur, Université du Maine, 3L.AMSébastian Thiltges, postdtoctorant, Université du Maine, 3L.AM Comité scientifique:Anne-Rachel Hermetet, Professeur, Université d’AngersSébastian Thiltges, postdoctorant, Université du MaineNathalie Prince, Professeur, Université du MaineChristian Chelebourg, Professeur, Université de LorraineAdresse:Université du Maine, Le MansVoir aussi:http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.htmlhttp://ecolitt.univ-angers.fr/fr/index.html
Categorías: Universidade

L'enfance à l'oeuvre

Fabula - Mar, 22/07/2014 - 09:07
Revue Postures , n° 21 : "L'enfance à l'œuvre"Selon l’historien Philippe Ariès, l’enfance est un concept moderne apparu après la révolution industrielle[1]. Grâce à une conjoncture de faits sociaux particuliers (baisse du taux de mortalité infantile, régulation des naissances, baisse de fécondité, etc.), la société occidentale en serait venue à situer et à définir la réalité de l’enfance en rapport avec ce que nous connaissons aujourd’hui comme la famille nucléaire, à savoir, une structure familiale restreinte, au sein de laquelle l’enfant occupe une place spécifique. En même temps que la «particularité enfantine», émergea une littérature didactique (traités, fables, contes) à l’adresse de ces enfants. Pensons aux Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur dont on se servait pour discipliner les jeunes filles, ou encore à L’Émile ou De l’éducation de Jean-Jacques Rousseau, qui rassemblait les indications pédagogiques nécessaires à l’éducation idéale de l’homme social.L’enfance, à l’orée du XX esiècle, devient un objet d’étude privilégié, occupant les penseurs de différentes disciplines: John Locke, philosophe, conçoit l’esprit de l’enfant comme une tabula rasa : une page blanche vide d’idées innées devant être remplie par l’expérience; Freud propose en 1905, avec ses Trois essais sur la théorie de la sexualité ,une théorie alors inédite voulant que l’enfant connaisse une vie sexuelle qui détermine sa vie désirante adulte; Jean Piaget, influencé par la psychanalyse, se propose d’étudier les «stades de développement» chez l’enfant, une analyse qui marquera de façon déterminante la sphère de la psychologie. Au cours de la première moitié du siècle apparaissent également plusieurs figures de l’enfant, les Peter Pan (l’enfant qui ne vieillit pas) et Lolita (l’enfant sexualisée), qui cristallisent une certaine fascination pour cet objet. Plus tard, au Québec, les narrateurs enfants de Réjean Ducharme, Bruno Hébert et Gaétan Soucy, pour ne nommer que ceux-là, connaitront une incontestable popularité.Bien ancrée dans l’imaginaire et le sens commun, l’enfance s’entend comme le socle de l’identité, une période qu’auteurs et auteures en littérature vont chercher à investiguer après coup, pour se connaitre vraiment . Plusieurs œuvres autobiographiques sont célèbres pour avoir accordé une attention marquée au matériau infantile. Proust, dans sa Recherche du temps perdu , retourne en enfance en dépliant certains signifiants qui ont laissé une trace sensible dans sa mémoire. Dans l’œuvre Enfance de Nathalie Sarraute, il s’agit d’établir un dialogue entre l’auteure et son moi enfant. Marguerite Yourcenar, dans ses Souvenirs pieux , constate le nécessaire recours à la fiction pour reconstituer son propre roman familial .Annie Ernaux, quant à elle, revisite ses souvenirs d’enfance avec une écriture dépouillée, sans affect, pour véritablement les mettre à plat. Ces œuvres, parmi d’autres, montrent que l’origine se conjugue au présent, que l’enfance n’est pas une période figée dans le passé de l’individu et que la littérature est son lieu de surgissement par excellence.C’est dans cette optique que nous vous invitons à réfléchir, pour ce numéro de Posture s, à des œuvres ou des problématiques littéraires où l’enfance, plus qu’une simple thématique, œuvre à même le texte et s’annonce comme un motif d’écriture qui met en question le rapport au sujet.Créée en 1996 afin d’offrir un lieu de publication scientifique aux étudiants et étudiantes en études littéraires (du premier cycle au postdoctorat), la revue Postures réunit chaque année une dizaine de textes articulés autour d’une problématique d’actualité dans les milieux littéraires et intellectuels. Les textes proposés, d’une longueur de 12 à 15 pages à double interligne, doivent être inédits et soumis par courrier électronique, à l’adresse postures.uqam@gmail.com avant le 21octobre 2014 . La revue Postures offre dorénavant un espace hors dossier pour accueillir des textes de qualité qui ne suivent pas la thématique suggérée. Les auteurs et auteures des textes retenus devront participer à un processus obligatoire de réécriture guidé par le comité de rédaction, avant leur publication.[1] Ariès, Philippe. L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime . Paris: Plon, 1960.
Categorías: Universidade

France 2 / France 3

Sauvons la recherche - Mar, 22/07/2014 - 08:00

par France 3 Languedoc-Roussillon

19 juillet 2014

par Alpes France 3

14 mai 2013

22 février 2013

7 février 2013

par Alpes France 3

30 janvier 2013

par France 3 Pays de Loire

30 novembre 2012

par France 3 Limousin

26 novembre 2012

par France 3 Languedoc-roussillon

9 octobre 2012

par France 3 Nice

5 octobre 2012

11 juin 2012

22 mai 2012

par Midi-Pyrenees France 3

14 mai 2012

4 mai 2012

7 mars 2012

29 novembre 2011

Interview de Laurent Mucchielli sur France 3 - Languedoc Roussillon - Présentation du livre "L'invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits" (Fayard, novembre 2011)

28 juillet 2008

Categorías: Universidade

Michael Gove: 'bogeyman' or 'the greatest education secretary ever'?

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 07:45
As he leaves his post in a cabinet reshuffle, we have some mixed farewell remarks from the education world Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Dear Ms Morgan: don't try to drive a wedge between teachers and parents

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 07:24
Gove tried to tell us our children's teachers were selfish sods, maybe Cameron hopes you'll succeed just by being nice? Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade

Michael Gove has gone, Nicky Morgan must deal with the problems he left

Guardian Unlimited: Education - Mar, 22/07/2014 - 07:15
From academies to the curriculum, fault lines in his reforms are appearing and his successor has only nine months to act Continue reading...
Categorías: Educación, Universidade
Distribuir contido